Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette.

Barrette défend la méthode Lean dans le milieu de la santé

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, n'a pas l'intention de faire analyser par la vérificatrice générale du Québec l'implantation de la méthode Lean dans le milieu de la santé et des services sociaux, comme le réclame Québec solidaire.
Le député Amir Khadir a présenté une motion à cet effet, mardi, sans succès.
M. Khadir a rappelé que la Cour supérieure avait récemment donné raison au personnel du CIUSSS du Nord-de-l'Île-de-Montréal, qui contestait l'utilisation de la méthode Lean parce qu'elle provoquerait chez les employés de la détresse psychologique et les placerait en contradiction avec leur code de déontologie.
Le député de Mercier a également plaidé que la vérificatrice générale de la Saskatchewan n'avait pu conclure à l'efficacité de la méthode Lean, et que le gouvernement saskatchewanais avait rompu en 2015 un contrat concernant l'implantation de cette méthode censée améliorer la performance du réseau de la santé.
Pendant l'étude des crédits du ministère de la Santé, le député solidaire a réitéré qu'il n'y avait «rien de plus dangereux que d'appliquer au public une méthode qu'on applique au privé [la méthode Toyota]».
Le ministre Barrette ne fait pas la même lecture. Selon lui, cette méthode a peut-être été utilisée de manière «imparfaite» par le CIUSSS du Nord-de-l'île, mais elle a permis de réduire le coût initial du projet de mégahôpital du CHU de Québec, qui est passé de plus de 3 milliards $ à près de 2 milliards $. «La méthode Lean, ça marche quand c'est bien fait», a-t-il opiné en commission parlementaire.