17 nouveaux médecins de famille au Bas-Saint-Laurent

Le Bas-Saint-Laurent accueillera, dès cet été, 17 nouveaux médecins de famille. Il s'agit d'une légère augmentation puisque la moyenne d'arrivée de nouveaux médecins des dernières années était de 13 ou 14. Même s'il s'agit d'une bonne nouvelle, il en manque tout de même une vingtaine pour atteindre les effectifs souhaités.
«On compte environ 260 médecins, indique le chef de département régional de médecine générale du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) du Bas-Saint-Laurent, le Dr Éric Lavoie. L'effectif souhaitable est de 280.»
De ces 17 nouveaux médecins qui viendront s'établir dans la région, 15 d'entre eux débuteront dans leur carrière, alors que les deux autres pratiquent déjà la profession et seront à mobilité interrégionale.
Le CISSS estime que près de 85 % de la population du Bas-Saint-Laurent peut compter sur un médecin de famille. «On est une région qui est favorisée à comparer à d'autres, telles que l'Outaouais, la Montérégie et Montréal, où le taux de population qui est inscrit auprès d'un médecin de famille est moindre, se réjouit le Dr Lavoie. Cependant, aucune région ne peut dire qu'elle a atteint son objectif.»
Bien que l'augmentation actuelle de médecins de famille est davantage observable dans les MRC de la Matapédia et de la Matanie avec un ajout respectif de quatre et de six nouveaux médecins, il n'en demeure pas moins que ce sont ces deux territoires où le manque de ressources médicales est le plus criant. «L'augmentation est plus marquée dans la Matanie et la Matapédia pour combler l'écart dans ces territoires-là», souligne le porte-parole du CISSS du Bas-Saint-Laurent. Selon lui, la Matapédia en compte 21 sur les 29 souhaités et la Matanie a 25 médecins sur les 35 qu'il lui faudrait. 
Les Basques et la Mitis sont les deux seules MRC sur les huit que comprend le Bas-Saint-Laurent qui n'accueilleront aucun nouveau médecin au cours des prochains mois. Pourtant, le Dr Éric Lavoie confirme une pénurie de médecins auprès de ces populations.