Le Soleil
«Ce qu’on note depuis quelques mois, c’est une augmentation du nombre de personnes qui vont dans les ressources communautaires en itinérance [comme Lauberivière], mais aussi un alourdissement de la clientèle», rapporte Pierre Maheux, du Regroupement pour l’aide aux itinérants et itinérantes de Québec.
«Ce qu’on note depuis quelques mois, c’est une augmentation du nombre de personnes qui vont dans les ressources communautaires en itinérance [comme Lauberivière], mais aussi un alourdissement de la clientèle», rapporte Pierre Maheux, du Regroupement pour l’aide aux itinérants et itinérantes de Québec.

Santé mentale: les organismes communautaires en itinérance sont débordés

Élisabeth Fleury
Élisabeth Fleury
Le Soleil
Après le Centre de crise de Québec et PECH (Programme d’encadrement et d’hébergement clinique), c’est au tour des organismes en itinérance de signaler une augmentation et un alourdissement de la clientèle qui leur est référée. Pour le Regroupement pour l’aide aux itinérants et itinérantes de Québec (RAIIQ), «il est clair que le débordement dans les refuges est en partie lié au dysfonctionnement du réseau institutionnel en santé mentale».