En trouvant le baptistaire de Samuel de Champlain, le généalogiste Jean-Marie Germe confirme ce que plusieurs historiens pensaient: le fondateur de Québec serait né dans une famille protestante et aurait caché son identité religieuse.

Samuel de Champlain serait né protestant

Samuel de Champlain est-il natif de Brouage ou de La Rochelle? Si la découverte récente du baptistaire du père de la Nouvelle-France a lancé le débat auprès des historiens, il leur a aussi permis de comprendre pourquoi le fondateur de Québec aurait été si discret sur son enfance.
Au sujet de la différence entre les noms «Champlain» et «Chapelain» tel qu'il  apparaît sur l'acte de baptême, le généalogistes Jean-Marie Germe et Marcel Fournier soutiennent  qu'il ne s'agit que d'une variante orthographique courante dans les  actes anciens.
En mettant la main sur le baptistaire de Samuel de Champlain, le généalogiste français Jean-Marie Germe confirme ce que plusieurs historiens disaient tout bas depuis des années : l'explorateur serait né dans une famille protestante.
«On s'en doutait, mais on ne pouvait pas le prouver», explique le généalogiste et historien québécois Marcel Fournier, qui collabore avec M. Germe.
«On comprend maintenant pourquoi Champlain n'a jamais parlé de son enfance. Comment pouvait-il dire à Québec, en 1608 : je suis né protestant? Il y avait les Jésuites et les Récollets près de lui, c'est pour cela qu'il a caché son identité, parce qu'il était protestant», explique M. Fournier, ajoutant que le nom «Samuel», d'inspiration biblique, est fréquent chez les protestants. Plusieurs personnages historiques comme le roi Henri IV se sont également convertis au catholicisme à cette époque, ajoute-t-il.
«À cause de toutes les guerres de religion, Champlain voulait être un peu en dehors de tout ça et faire son travail au niveau du gouvernement» français, renchérit Jean-Marie Germe, en entrevue téléphonique de la France. C'est par accident que ce dernier a retrouvé dans le registre pastoral du temple Saint-Yon, dans la ville de La Rochelle, le fameux document daté du 13 août 1574.
Si les généalogistes et les historiens ont d'abord cru que cela pouvait signifier que Samuel de Champlain était né dans cette ville, ils ont découvert en approfondissant leurs recherches au cours des deux derniers jours qu'il était davantage probable qu'il s'y soit uniquement fait baptiser.
«On considère pour l'instant que la naissance a probablement eu lieu à Brouage et le baptême à La Rochelle», soutient Jean-Marie Germe.
Ainsi, le fondateur de Québec serait né au cours de l'été 1574 et ses parents auraient parcouru, quelques semaines plus tard, le trajet de 55 kilomètres les menant à leur propriété de La Rochelle. Ils auraient fait baptiser leur enfant au temple de la ville puisqu'il n'existait pas de tel lieu de culte protestant à Brouage.
«Chez les protestants, il peut s'écouler de quelques jours à quelques semaines entre la naissance d'un enfant et son baptême», explique Marcel Fournier.
Il soutient par ailleurs que trois documents appuient cette thèse, notamment les écrits de l'explorateur intitulés OEuvres de Champlain, datant de 1632, où il se dit de Brouage. Le testament de son oncle Guillaume Allène, rédigé en Espagne en 1601, ainsi qu'un acte notarié daté du 23 décembre 1573 du père de Samuel de Champlain, Antoine Chapelain, vont en ce sens.
Quant à la différence entre les noms «Champlain» et «Chapelain» tel qu'il apparaît sur l'acte de baptême, les deux mordus d'histoire soutiennent qu'il ne s'agit que d'une variante orthographique courante dans les actes anciens.
«Mais tout cela demeure encore incertain [...]. À l'époque, on n'écrivait pas le lieu de naissance. C'est ce qui rend compliquée la recherche, on n'a que trois lignes!», rappelle Jean-Marie Germe, qui s'intéresse au fondateur de Québec depuis le milieu des années 70. «Il ne sera pas nécessaire, pour le moment du moins, de corriger les informations inscrites sur les monuments et les plaques commémoratives», conclut M. Fournier.
Le maire de Brouage mène son enquête
Le maire de Brouage, Jean-Marie Petit, n'a pas l'ombre d'un doute que Samuel de Champlain est né dans sa petite municipalité de Poitou-Charentes et, pour le prouver, il a entrepris sa propre enquête.
C'est en lisant les journaux de la fin de semaine, hier matin, que M. Petit a appris qu'un généalogiste avait découvert l'extrait de baptême qui remettait en question le lieu de naissance du fondateur de la Nouvelle-France.
M. Petit n'a pas perdu de temps et a contacté le représentant du comité mémorial de la Nouvelle-France à l'évêché de Charentes-Maritimes pour vérifier s'il était possible que Samuel de Champlain soit protestant et originaire de La Rochelle.
Mais malgré le fait qu'il ne possède pas encore les résultats de son enquête, le maire de Brouage se dit persuadé que le personnage historique est originaire de la municipalité qui compte 700 habitants et qui attire chaque année des milliers de touristes. De 2000 à 6000 d'entre eux seraient des Québécois.
Et si Samuel de Champlain était réellement originaire de La Rochelle, Jean-Marie Petit croit que cela n'aura aucune conséquence sur le tourisme dans sa ville. «Que voulez-vous qu'ils aient voir là-bas?», questionne-t-il, ajoutant qu'à Brouage, il y a trois maisons ayant appartenu à la famille de l'explorateur. «Vous pouvez rassurer les Québécois et les Canadiens», laisse tomber le maire.