La Santé publique élargit son champ d’investigation sur la cause possible des cas de gastro bactérienne à Saint-Bernard en Beauce.

Saint-Bernard: l’avis d’ébullition maintenu; l’enquête continue

La Santé publique élargit son champ d’investigation sur la cause possible des cas de gastro bactérienne à Saint-Bernard, en Beauce.

Selon les informations transmises au Soleil par Mireille Gaudreau, porte-parole du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Chaudière-Appalaches, les enquêteurs ne tiennent pas pour acquis que l’eau pourrait être la seule cause des cas de gastro bactérienne répertoriés en juillet.

Ce faisant, la Santé publique a interrogé 140 citoyens au hasard, afin de voir si d’autres personnes auraient pu ressentir des symptômes similaires aux gens hospitalisés le mois dernier.

Au départ, les enquêteurs ont émis l’hypothèse que la bactérie Campylobacter pouvait être la cause du virus.

Toutefois, les résultats préalables des échantillons d’eau ne faisaient état d’aucune trace de cette bactérie, même si cela ne veut pas dire qu’elle n’a jamais été présente. De plus, la présence de la bactérie E. Coli avait été confirmée au Soleil par le Dr René Veillette, médecin-conseil à la direction de Santé publique du CISSS de la Chaudière-Appalaches.

Même si l’eau n’était pas la source officielle du virus, les enquêteurs ont exigé que l’avis d’ébullition, en vigueur depuis la mi-juillet, soit maintenu jusqu’à ce que de nouveaux résultats soient rendus publics.

«Ce qu’on dit aux citoyens, c’est que ça va prendre quelques semaines avant d’être fixé. C’est un long processus», explique Mme Gaudreau.

Au total, une trentaine de cas de gastro bactérienne ont été répertoriés, dont 10 ont nécessité une hospitalisation.