Les garages du RTC n'ont pas de système pour déterminer quel autobus doit être réparé en premier, par exemple. Rien non plus pour établir les délais de réparation.

RTC: 100 départs express de plus pour Sainte-Foy

Dans la deuxième moitié de 2013, le Réseau de transport de la Capitale (RTC) ajoutera 100 départs express par jour de semaine pour mieux desservir le secteur de Sainte-Foy. C'est l'équivalent de 33 000 heures de service supplémentaires sur une base annuelle. Pour les financer, il faudra couper autant d'heures sur des parcours moins performants. C'est ce qui est ressorti des discussions entourant le budget du RTC, mercredi, en comité plénier.
Au maire Régis Labeaume, qui confessait son «obsession des autobus vides», le directeur général du RTC, Alain Mercier, a répondu que la révision des parcours était pratiquement complétée. Ceux qui n'ont pas généré un minimum d'achalandage et donc de revenus verront leur horaire ou leur trajet coupé.
Les ressources ainsi libérées permettront de renforcer le pôle d'étude et d'emploi de Sainte-Foy, en tirant avantage de la future voie réservée pour le transport en commun de l'autoroute Robert-Bourassa.
Les nouveaux 500 relieront le nord (secteur Lebourgneuf) au sud (boulevard Laurier) à partir d'août 2013. Destinés principalement aux travailleurs, ces 14 parcours rapides permettront de raccourcir de 12 minutes le temps de transit entre la banlieue et le centre-ville de l'ouest. Les express 300, qui desservent les institutions d'enseignement de Sainte-Foy, seront également bonifiés.
«Quand on met en place des services, on le fait en espérance de développer une clientèle. Et comme toutes les entreprises au monde, quand ça ne vend pas, le produit, [...] on prend ces investissements-là et on les met où il y a du monde», a expliqué M. Mercier au conseil municipal.
Car plus que les autobus déserts, ce sont les autobus hyper bondés qui incommodent la clientèle. «La plainte numéro deux au RTC actuellement, c'est qu'il y a du monde dans les autobus qui sont tassés», a rappelé le directeur général. Le confort, comme la fréquence et la régularité des autobus, est un argument clé pour favoriser l'adoption du transport en commun. La fiabilité du service est d'ailleurs la plainte numéro un au RTC.
Préavis de quelques mois
Aux usagers qui s'inquiéteraient de voir l'autobus passer moins souvent ou plus du tout devant chez eux, Raymond Dion, président du RTC, dit que les changements aux parcours seront connus «en temps et lieu» en 2013.
Il n'est pas nécessairement question d'abolir des parcours, mais plutôt de retirer des départs ou de raccourcir des trajets, précise-t-il. La porte-parole du transporteur, Carole Brousseau, ajoute qu'un préavis de quelques mois sera donné. Les changements devraient être effectifs en juin ou en même temps que les express, en août.