Raymonde Gagné, bénévole depuis 18 ans au Service d’entraide, a vu la Beaurivage sortir de son lit plusieurs fois et sait à quel point l’eau peut faire des dégâts. C’est pour cette raison que les bénévoles ont mis de l’énergie à prévenir une éventuelle inondation de la rivière.

Rivière Beaurivage: «J’espère qu’elle ne débordera pas» [VIDÉO]

Les bénévoles du Service d’Entraide Saint-Étienne, à Lévis, se méfiaient de la pluie qui tombait sur la Beaurivage, lundi matin. Mais si la rivière déborde, elles ont un plan. 

Au sous-sol de la maison riveraine, elles ont stratégiquement disposé de larges bacs vides afin de pouvoir surélever rapidement les vêtements sur des tables, en cas d’inondation. Tout ce qui à moins de deux pieds du sol sera protégé. 

«Les premières années, on s’est fait prendre, raconte Josée Champagne, coordonnatrice du Service d’Entraide Saint-Étienne. On n’avait pas l’expérience, alors on a perdu beaucoup de marchandise et c’est le travail de plusieurs bénévoles dans une année qu’on ne veut pas perdre.»

En cette période de crue printanière, la Beaurivage est surveillée étroitement par la Ville de Lévis. La rivière est souvent sortie de son lit à la fonte des neiges. L’an dernier, plus d’une trentaine de maisons ont dû être évacuées quand elle a débordé.

Ce printemps, les riverains de la Beaurivage ont jusqu’à maintenant été épargnés par les inondations. 

Moins de pluie que prévu

La quantité de pluie reçue dans la nuit de dimanche à lundi a été presque trois fois moins élevée que ce qui était anticipé, indique Richard Amnotte, directeur adjoint du Service de la sécurité incendie de Lévis. «Ça n’aura pas l’effet auquel on aurait pu s’attendre, dit-il. C’est beaucoup plus calme, comme impact.»

Le débit d’eau de la rivière Beaurivage reste largement en dessous des seuils potentiels d’inondation, précise-t-il. «C’est plutôt en fin de semaine qu’on va sentir des mouvements. Mais d’ici ce temps-là, le couvert de glace continue à s’effriter tranquillement avec la chaleur qui augmente».

Raymonde Gagné, bénévole depuis 18 ans au Service d’entraide, a vu la Beaurivage sortir de son lit plusieurs fois et sait à quel point l’eau peut faire des dégâts. «C’est décourageant tout le ménage qu’on a à faire après ça», dit-elle. 

Et même si la rivière ne déborde pas cette année, les bénévoles ne regretteront pas d’avoir mis de l’énergie à prévenir une éventuelle inondation.

Mais au Service d’entraide Saint-Étienne, personne ne veut prendre le risque de perdre des vêtements qui habilleront les nombreuses familles qui fréquentent le comptoir vestimentaire. Alors, les bacs sont prêts si la Ville de Lévis avertit les bénévoles que la rivière s’apprête à faire des siennes. 

Car l’eau peut monter très vite. L’an dernier, les bénévoles du Service d’entraide avaient dû être évacuées après l’inondation. Un bon samaritain avait même transporté Mme Gagné sur son dos pour lui éviter de marcher dans l’eau. 

Lundi, en jetant un coup d’œil à la fenêtre du sous-sol, par laquelle l’eau est déjà entrée, Raymonde Gagné, n’était pas rassuré par le niveau de la rivière. «Elle est quand même haute. J’espère qu’elle ne débordera pas». 

+

DÉBORDEMENT DE LA CHAUDIÈRE: L'HÔTEL DE VILLE DE BEAUCEVILLE ÉVACUÉ

Le débordement de la rivière Chaudière a forcé l’évacuation de l’hôtel de ville de Beauceville, lundi, en fin d’après-midi. 

«On est en mesure d’urgence. On est rendu à l’inondation cote “moyenne”. On est en train d’évacuer l’hôtel de ville et d’ouvrir le centre de coordination», a indiqué le porte-parole de la Sécurité civile de Beauceville, Paul Morin, lorsque Le Soleil l’a joint, lundi en fin d’après-midi. 

Depuis lundi matin, des inondations à la hauteur du pont de la route 108 avaient forcé la fermeture de rue à proximité. Le niveau de l’eau a augmenté au fil de la journée et le ministère de la Sécurité publique faisait état en fin d’après-midi d’une inondation «moyenne» dans ce secteur. 

La rivière a aussi causé une inondation «moyenne» à la hauteur du pont de la route 276 à Saint-Joseph et une inondation «mineure» à la hauteur du pont de la route 271 à Saint-Georges. 

Selon un bulletin d’Hydro Météo publié en après-midi, les risques d’inondations sur les cours d’eau de la Beauce seront encore importants mardi. Des mouvements de glace qui causeront des embâcles sont aussi probables.