Avec 69,44 % des votes, le député réélu Pascal Bérubé a récolté le meilleur résultat de la circonscription de Matane-Matapédia depuis 1927.

Résultats du scrutin dans Matane-Matapédia: des records historiques enregistrés

RIMOUSKI — Lundi soir, pendant que le Parti québécois (PQ) atteignait le plus bas pourcentage de voix de son histoire, le député de cette formation dans Matane-Matapédia, Pascal Bérubé, obtenait un record de voix historique. En revanche, la candidate Annie Fournier fracassait le record du plus bas pourcentage de votes de l’existence du Parti libéral du Québec (PLQ) dans la même circonscription.

Avec 69,44 % des votes, le député réélu pour un cinquième mandat a récolté le meilleur résultat de la circonscription depuis 1927, en incluant les anciens comtés de Matane et de Matapédia. M. Bérubé est également le candidat à avoir arraché les meilleurs gains de son parti lors des trois dernières élections provinciales. En 2014, le péquiste avait enregistré une confortable proportion de 61,16 %.

Du côté du PLQ, il s’agit des pires résultats depuis 1890. Annie Fournier, pourtant bien connue dans le secteur économique de la région, n’a récolté que 11,27 % du suffrage. Avant l’élection de lundi, le plus bas pourcentage de votes exprimés en faveur du PLQ avait été attribué en 2012 à Jean-Clément Ouellet avec 18 %.

Vues les circonstances du vote de lundi, alors que son parti a connu la pire descente aux enfers depuis sa création, il y a 50 ans, Pascal Bérubé se réjouit de ses statistiques personnelles. «Je suis très heureux du résultat, réagit-il. J’ai amélioré de façon considérable ma majorité. À près de 70 % des voix, c’est un mandat très fort de la population. Je vois que le travail que j’ai fait au cours des dernières années est apprécié.»

Le député, qui occupait le poste de leader parlementaire, refuse de faire part de ses états d’âme concernant la déconfiture de son parti. «Je ne suis pas du genre à m’épancher publiquement sur ce genre de chose, indique-t-il. J’aurai l’occasion de le faire dans des forums avec des gens de ma formation politique.»

Même s’il se retrouve encore dans l’opposition, Pascal Bérubé n’appréhende pas de travailler avec le premier ministre désigné, François Legault, qu’il connaît très bien. «Il a été mon premier patron alors que j’étais conseiller politique en 2000 et 2001 au ministère de l’Éducation, rappelle-t-il. On a toujours eu beaucoup d’amitié et d’affection l’un pour l’autre.» 

Il y a quelques années, le chef de la Coalition avenir Québec avait même approché son ancien protégé afin qu’il joigne sa formation. «J’avais refusé par conviction», souligne le député péquiste de Matane-Matapédia depuis 2007.