Rentrée parlementaire à Québec: le plan de match des partis d’opposition

Lors de la rentrée parlementaire à l’Assemblée nationale, la semaine prochaine, les partis d’opposition mettront en exergue les contradictions réelles ou apparentes du gouvernement de François Legault — par rapport à des engagements pris par la Coalition avenir Québec (CAQ) pendant la campagne électorale ou lorsqu’elle était dans l’opposition. Ils ont établi leur plan de match.

Série de «reculs»

Le chef libéral Pierre Arcand a relevé jeudi que le premier ministre François Legault n’a encore rien fait pour démontrer qu’il a bel et bien compris la nécessité de lutter contre les changements climatiques. M. Arcand a dressé une longue liste de «reculs».

«Au niveau du défi de l’emploi, c’est le silence radio depuis le 1er octobre. Plutôt que de créer la richesse ici, M. Legault nous propose plutôt de créer des emplois pour des gens de l’Ontario, alors qu’il n’y a même pas de projet concret sur la table pour des projets énergétiques entre nos deux provinces.»

«Sur les “maternelles quatre ans”, M. Legault se rend compte que ça n’a pas de bon sens. Les ressources humaines et matérielles ne suffisent pas à mettre sa promesse de l’avant, alors il gagne du temps avant d’annoncer probablement que l’objectif promis ne sera pas atteint.»

«Même chose pour la question des trop-perçus d’Hydro-­Québec : la CAQ disait vouloir faire un chèque aux Québécois; finalement, ce ne sera pas le cas.»

«Il y a également une promesse brisée de la ministre Marguerite Blais sur les maisons Gilles-Carle. Il semble que ça ne se fera pas de la même façon que promis.»

À propos de l’entente avec les médecins spécialistes, «combien de fois le premier ministre a dit qu’il la déchirerait s’il était élu? On s’aperçoit, encore une fois, que dans ce dossier, nous n’avançons pas», a conclu le chef libéral sur ce chapitre.

Bombardier

Le chef du Parti québécois (PQ) Pascal Bérubé a aussi dans sa ligne de mire les dossiers liés à l’environnement, aux «trop-perçus d’Hydro-Québec», aux salaires des médecins spécialistes et aux maisons Gilles-Carle offrant du répit aux proches aidants.

Dans la liste qu’il a lui-même dressée, mercredi, M. Bérubé a par ailleurs évoqué Bombardier, pour qui la Coalition avenir Québec est disposée «à mettre plus d’argent, malgré les 2500 emplois coupés et malgré des primes indécentes versées à ses hauts dirigeants».

Du côté de Québec solidaire (QS), on répète depuis des semaines que tout ce qui tourne autour des changements climatiques figure en tête des priorités.

À quelques jours de cette rentrée parlementaire, les membres du nouveau gouvernement savent à quoi s’en tenir. Ils ont déjà une bonne idée des questions que les partis d’opposition poseront, des dossiers où ils chercheront à obtenir des clarifications et des engagements de leur part.