Construit en 1973, le CTMA Vacancier est rendu à sa fin de vie utile.

Remplacement du navire CTMA Vacancier: Arseneau plaide pour un contrat à la Davie

RIMOUSKI — Le député des Îles-de-la-Madeleine, Joël Arseneau, a livré un vibrant plaidoyer, lors d’un point de presse mardi, pour que le nouveau cargo-croisière visant à remplacer le CTMA Vacancier soit construit au chantier Davie de Lévis. Pour l’occasion, le porte-parole du Parti québécois en matière de stratégie maritime et de transports était accompagné de partenaires de l’entreprise navale.

«Nous appelons […] le gouvernement à choisir une solution toute québécoise pour un projet de développement économique aux retombées majeures pour le Québec, a soutenu le politicien. […] Nous désirons proposer au gouvernement une solution économique porteuse pour les Madelinots, pour les travailleurs de l’industrie navale du Québec et pour le Québec tout entier.»

Pour lui, la construction de ce navire apparaît comme le projet phare de la stratégie maritime québécoise 2.0. Il estime que la Coopérative de transport maritime et aérien (CTMA) de Cap-aux-Meules offre une croisière qui contribue au désenclavement et à l’approvisionnement de l’archipel, tout en permettant à des milliers de touristes de découvrir la voie maritime du Saint-Laurent. 

Ce service avait été mis en place en 2002 sous le gouvernement péquiste de Bernard Landry. Le navire acheté à Hambourg, en Allemagne, a été construit en 1973. Avant son entrée en service sur le Saint-Laurent, il a servi de traversier entre la Finlande et la Suède, puis ensuite entre la France et l’Irlande.

«Dix-sept ans après la mise en œuvre du service de croisière par la CTMA, le succès économique, touristique et d’estime du projet est maintenant indéniable, estime le député, qui évalue à 80 000 le nombre de passagers transportés par le Vacancier. Il s’agit d’une réussite dont le principal acteur est le transporteur, la CTMA, et dont le partenaire de premier plan, le gouvernement du Québec, doit être fier. Il génère [...] des retombées directes et indirectes de plusieurs millions de dollars dans le milieu. […] Il lui revient donc […] de poursuivre son développement [...] avec un navire moderne.»

Mille emplois «payants»

La fabrication du nouveau bateau procurerait 1000 emplois «payants, comme les aime le premier ministre, et sans fuite de capitaux à l’étranger», soutient le parlementaire. «Les travailleurs de la Davie méritent ce contrat et les Madelinots méritent ce qu’il y a de mieux, c’est-à-dire une construction bien de chez nous […]», a lancé la présidente du Conseil central de Québec-Chaudière-Appalaches de la CSN, Ann Gingras. «On a l’occasion […] de voir comment le nouveau gouvernement Legault envisage le nationalisme économique», a renchéri le vice-président de l’Association des fournisseurs de Chantier Davie Canada, Pierre Drapeau, qui représente 879 entreprises.

Le 17 janvier, Québec avait annoncé l’abrogation de deux décrets du précédent gouvernement qui octroyaient un contrat de desserte maritime à la CTMA sur 20 ans et qui lui donnaient les moyens de faire construire le navire de remplacement du Vacancier. Il annulait, par le fait même, l’appel d’offres international pour la construction d’un nouveau cargo. Le ministre des Transports, François Bonnardel, avait alors créé un comité d’étude interministériel voué au projet. La décision quant à l’avenir de la desserte des Îles devait être rendue mercredi. Cependant, le ministre a fait savoir que des imprévus forçaient le report de la décision.