Vincent Marissal était à Tout le monde en parle, dimanche.

Rassemblement solidaire à Québec en présence de Marissal

Une présence ne passera pas inaperçue mercredi soir au rassemblement qu’organise Québec solidaire (QS) dans la capitale; celle de Vincent Marissal, candidat à l’investiture de ce parti dans la circonscription montréalaise de Rosemont.

En cette période préélectorale, QS veut démontrer qu’il est capable de rassembler des centaines de militants et sympathisants à l’extérieur de la métropole.

Après Sherbrooke, il y a deux semaines, où il était parvenu à réunir quelque 600 personnes, selon le quotidien La Tribune, le parti a l’ambition de faire encore mieux dans la capitale cette semaine.

Un avis du PQ

Il n’était pas prévu, lundi, que l’ancien chroniqueur politique monte sur scène mercredi soir. Il sera à l’Impérial pour serrer des mains et discuter avec des sympathisants, dit-on chez QS.

Au Parti québécois, on estime que l’arrivée de Vincent Marissal chez Québec solidaire n’enthousiasme pas certains militants de gauche qui militent depuis longtemps dans ce parti et au sein des mouvements qui lui ont donné naissance. Ce n’est pas du tout l’avis qu’on a chez QS, où l’on assure que sa venue «motive» largement la base.

La soirée de mobilisation sera animée par les porte-parole Gabriel Nadeau-Dubois et Manon Massé, ainsi que par les candidats de QS dans Taschereau et dans Jean-Lesage, Catherine Dorion et Sol Zanetti. Le parti vise une «démonstration de force».

Recruter des bénévoles

Les rassemblements étaient monnaie courante chez les partis politiques auparavant.

Il s’en tient toujours quelques-uns en campagne électorale, mais beaucoup moins qu’avant. Ils ne drainent généralement plus d’aussi grandes foules.

En réhabilitant cette formule — en campagne préélectorale, qui plus est —, Québec solidaire cherche par la bande à accroître son bassin de bénévoles désireux de donner un coup de main.

Après la capitale, Québec solidaire veut récidiver avec un rassemblement du même genre à Rouyn-Noranda et un autre à Mont­réal. Le coût de cette opération — en comptant le passage par Sherbrooke — n’est pas divulgué, mais il s’élèverait à «quelques dizaines de milliers de dollars».