Vendredi soir, la population de Québec s'est rassemblée devant le parlement pour montrer son appui aux Libanais.
Vendredi soir, la population de Québec s'est rassemblée devant le parlement pour montrer son appui aux Libanais.

Rassemblement pour soutenir les Libanais: «c’est difficile d’être loin» [PHOTOS]

Judith Desmeules
Judith Desmeules
Le Soleil
Depuis les explosions dans le port de Beyrouth, tous les yeux sont rivés sur le Liban. La tragédie s’ajoute aux tensions pourtant déjà bien présentes au pays. Vendredi soir, la population de Québec s’est rassemblée devant le parlement en guise de soutien.

«Rassemblement silencieux, ce vendredi 7 août 2020, de 19h jusqu’à 21h pour démontrer notre soutien et notre compassion envers le peuple libanais à la suite des évènements tragiques du 4 août 2020 à Beyrouth. Ce rassemblement silencieux se voit porteur d’un message de solidarité et d’unité, ainsi qu’une invitation à donner à La Croix-Rouge libanaise», peut-on lire dans le groupe Facebook créé pour l’évènement.

Au total, une centaine de citoyens se sont réunis devant le parlement. 

Jak Lib Fadous et Marie-Anne Dayé sont derrière l’initiative.

Tous les deux d’origine libanaise, ils sont habités par un sentiment d’impuissance depuis que les vidéos de l’explosion ont inondé Internet. 

«Ça a créé une onde de choc. On a décidé de lancer une invitation à nos proches, nos amis. Une initiative citoyenne pour monter aux Libanais qu’on pense à eux. Et on encourage surtout à donner, à la Croix-Rouge ou à d’autres organisations indépendantes», explique Marie-Anne Dayé.

Le rassemblement est silencieux, il se veut pacifique. Le port du masque et fortement recommandé et tous sont invités à apporter bougies et drapeaux du Liban ou du Québec.

«On ne veut pas lancer un message politique, même si on sait que les Libanais sont tannés. On ne veut pas pointer du doigt personne», ajoute-t-elle.

Gouvernement corrompu

Il est important de ne pas transmettre les dons au gouvernement, Mme Dayé le répète. Voilà plusieurs mois que la situation économique est déplorable au Liban.

«Le gouvernement libanais est très corrompu, ce n’est pas nouveau et ce n’est pas un secret. Tous les Libanais n’ont pas confiance en leur gouvernement depuis longtemps. On ne veut pas que l’argent soit mis entre les mains de ces gens-là, on ne pense pas qu’ils vont bien la distribuer», expliquer Marie-Anne Dayé.

Elle a plusieurs cousins et tantes qui se trouvent au Liban actuellement, ils demeurent loin du quartier où a eu lieu l’explosion, mais peuvent témoigner de l’état d’urgence qui y règne. 

«C’est difficile d’être loin. À la fois, on ne veut pas être là pour vivre cette tragédie-là, mais on a le goût d’être là pour aider et reconstruire le pays. Et ce n’est pas juste l’explosion, la situation s’aggrave depuis des mois au Liban, même des années. C’est de pire en pire, le taux d’inflation a grimpé, les prix dans les épiceries ont augmenté, ils ont de la misère à s’acheter de la viande, et il y a eu la COVID.»

Elle espère que cette tragédie pourra au moins mettre en lumière les problèmes politiques au Liban.

«On ne souhaite pas que des drames surviennent pour que l’attention soit dirigée sur les problèmes, mais si au moins les yeux peuvent se tourner sur le Liban et que les gens peuvent comprendre la situation et être sensibilisés... que ça mette de la pression sur le gouvernement libanais pour voir des changements dans la société, ce sera ça de gagner», termine Marie-Anne Dayé.