Jean-François Dionne, président fondateur de l'Association des travailleurs en signalisation routière du Québec, se surprend que les automobilistes ne ralentissent pas près des radars photo alors que des panneaux orange les préviennent de leur présence.

Radars photo mobiles: les signaleurs routiers satisfaits

Les signaleurs routiers se réjouissent de l'efficacité des radars photo mobiles pour coincer les automobilistes qui roulent au-delà des limites de vitesse permises aux abords des chantiers routiers.
Jean-François Dionne, président fondateur de l'Association des travailleurs en signalisation routière du Québec (ATSRQ), n'a pas manqué de réagir au dernier bilan des infractions captées par des cinémomètres dans les zones de travaux routiers.
Le Soleil révélait lundi que 14 133 contraventions ont été signifiées entre juin et octobre pour des revenus potentiels de 3,7 millions $. Il faut dire que les amendes sont doublées sur les chantiers pour dissuader les excès. La moitié des infractions ont été enregistrées dans la région de Québec, qui recensait quatre des neuf sites de travaux contrôlés par radar photo mobile en 2013.
«Malheureusement pour les automobilistes, ça reste une bonne façon de faire ralentir le monde», a lancé lundi M. Dionne, lors d'un entretien téléphonique. «Ça assure une certaine sécurité aux travailleurs.»
Le signaleur s'étonne toujours que certains conducteurs ne lèvent pas le pied alors qu'ils sont prévenus par deux panneaux orange - trois sur les autoroutes - de la présence possible de radars photo mobiles. Certaines opérations sont même annoncées sur des panneaux à message variable, ce qui n'empêche pas plusieurs automobilistes à la fois distraits et pressés de tomber dans le panneau.
Cette inattention demeure d'ailleurs hautement problématique pour les travailleurs de la construction partout sur le réseau routier. «On a des camions tampons avec des grosses flèches lumineuses et ça nous rentre dedans», rapporte M. Dionne.
L'ATSRQ espère maintenant qu'une partie des sommes récoltées par le gouvernement du Québec sera réinvestie dans des publicités-chocs pour convaincre les automobilistes de ralentir à la vue de cônes et d'affiches orange.