Le maire Régis Labeaume a fait connaître sa volonté d’embarquer dans le train de la prise de conscience environnementale, jeudi, à une rencontre des élus de la Communauté métropolitaine de Québec.

Québec prépare son «pacte vert»

La Ville de Québec fera connaître en début d’année une déclaration politique concernant les gestes qu’elle compte poser pour l’environnement.

Le maire Régis Labeaume a fait connaître sa volonté d’embarquer dans le train de la prise de conscience environnementale au moment où des citoyens préoccupés par la question se sont présentés, jeudi, à une rencontre des élus de la Communauté métropolitaine de Québec (CMQ). La députée de Québec solidaire dans Taschereau, Catherine Dorion, faisait partie de ce groupe. L’objectif est de convaincre les municipalités de signer une Déclaration d’urgence climatique, les obligeant à mettre en marche rapidement des moyens de contrer la hausse du mercure.

«Il y a un problème, ça ne sert à rien de le nier. On ne prendra pas les mêmes mots qu’eux, mais on va faire une déclaration très claire après les Fêtes. Ajouter la voix d’une institution comme Québec, ça peut aider», a laissé savoir M. Labeaume.

«Le nombre d’épisodes de pluie qu’on vit en hiver, ça n’a pas de bon sens. On doit augmenter la grosseur de nos tuyaux parce qu’il y a constamment un potentiel d’inondation», illustre-t-il.

Le but de cette déclaration est de regrouper dans un seul document toutes les initiatives de la Ville en matière environnementale. «On va expliquer ce qu’on fait et ce qu’on veut faire. On va ramasser ce qu’on fait dans un projet global synthèse de nos plans», explique encore M. Labeaume.

Selon lui, il ne faut pas voir les mesures environnementales liées à un projet ou une activité comme un coût supplémentaire, mais simplement comme un coût au même titre que d’autres dépenses. À ce chapitre, la conseillère Suzanne Verreault, responsable de l’environnement, précise que les sommes injectées dans les mesures environnementales en valent habituellement la peine. «La Ville rattrape rapidement son investissement. De toute façon, il va aussi y avoir un prix à ne pas bouger», conclut-elle.

Consensus

M. Labeaume ignore si Québec pourra s’entendre sur les principes d’une déclaration commune avec les autres villes de la CMQ. Si c’est impossible, la Ville ira de l’avant seule. À savoir si la construction d’un troisième lien est compatible avec une telle déclaration, il a seulement dit l’ignorer.