Le directeur général de la Ville, Luc Monty, et le conseiller responsable des transports et de la mobilité durable, Rémy Normand, se sont défendu d’augmenter la facture du projet de réseau structurant.

Québec payera seule la facture de 61,7 M$ pour l’élargissement du boulevard Hochelaga [VIDÉO]

La Ville de Québec prendra en charge les 61,7 millions $ du réaménagement du boulevard Hochelaga alors qu’elle souhaitait en mars que les travaux soient inclus dans les 3 milliards $ du projet de réseau structurant de transport en commun.

Le vice-président du comité exécutif responsable des transports et de la mobilité durable, Rémy Normand, a également avoué que cette dépense ne serait pas intégrée aux 300 millions $ prévus par la Ville, jeudi matin lors de la conférence de presse mensuelle consacrée à l’état d’avancement du réseau structurant de transport en commun financé par les gouvernements provincial et fédéral.

M. Normand s’est défendu d’augmenter la facture du projet de réseau structurant puisque l’élargissement d’Hochelaga entre l’autoroute Robert-Bourassa et l’avenue de Rochebelle était prévu même sans le futur tramway. 

«Ce tronçon-là devait être financé au départ dans le PQI [plan quinquennal d’immobilisation] du RTC, mais on s’est rendu compte que la Ville aurait dû contribuer. On l’a simplement sorti du PQI régulier du RTC pour le rentrer dans celui de la Ville.»

«On devance des travaux qu’on aurait dû faire de toute manière pour améliorer la situation dans le secteur. C’est pour ça qu’on l’a ramené dans le PQI de la Ville», a-t-il plaidé. 

M. Normand a fait un parallèle avec le Centre Vidéotron. Des travaux périphériques ont été réalisés, mais le coût n’a pas été comptabilisé dans le projet. «Plusieurs des travaux dont bénéficie l’ensemble du site d’Expocité, qui auraient été faits de toute façon et dont les citoyens vont profiter à long terme, ont été défrayés par la Ville. Cette décision-là est dans la même veine», a-t-il justifié. 

Pas de hausse des coûts

En début d’après-midi, en marge d’un point de presse, le maire de Québec, Régis Labeaume, a appuyé les propos de Rémy Normand. «C’est le temps de le faire parce que ça va aider la circulation pendant les travaux du tramway sur Laurier.»

Selon le maire, il ne peut pas avoir de dépassement de coût, puisque le projet est complémentaire à celui du tramway. De plus, celui-ci ne peut pas être financé par le gouvernement parce que le trambus ne passera pas sur cette artère, comme c’était prévu il y a six mois. 

M. Labeaume souligne également que le retrait du trambus permet à la Ville d’augmenter sa réserve pour le tramway. Il rappelle que ces travaux sont prévus dans le plan particulier d’urbanisme du plateau de Sainte-Foy depuis 2012.

«Ça n’augmente pas le budget du tramway. Nos réserves ont augmenté à 712 millions. Personne n’a menti là-dedans», insiste Régis Labeaume.

Des obligations  

Le directeur général de la Ville, Luc Monty, a expliqué que la Ville a décidé de ne pas demander de financement du fédéral pour le boulevard Hochelaga parce qu’une partie du budget (26,3 millions $) est consacrée aux acquisitions de 12 propriétés et de trois terrains. 

De plus, avec un financement d’Ottawa, la Ville aurait eu l’obligation, dans le passage de quatre à six voies, de créer deux voies exclusivement pour le transport en commun pendant cinq ans. «Si tu demandes un financement pour des voies réservées, il faut que tu les fasses. Les cinq premières années, on ne veut pas utiliser ça juste pour du transport en commun», a-t-il indiqué. 

«On veut maintenir les voies d’autobus sur Laurier et utiliser les six voies d’Hochelaga pour les voitures. On veut assurer la fluidité automobile en premier lieu», a-t-il poursuivi. 

L’opposition inquiète

Cette nouvelle dépense, sans qu’elle soit intégrée au coût financier du Réseau structurant a fait bondir l’opposition.  Le chef de Québec 21, Jean-François Gosselin, n’a pas mâché ses mots en traitant Rémy Normand de «menteur». 

«Il y a six mois, M. Normand affirmait que les travaux allaient être inclus dans le 3 milliards $. Rémy Normand a menti aux citoyens de Québec», a-t-il déploré. «Nos inquiétudes se réalisent de plus en plus. Les mauvaises surprises ne font que commencer.»

Est-ce que Rémy Normand doit démissionner? «C’est à Régis Labeaume de décider ce qui va arriver avec M. Normand», a-t-il mentionné. 

De son côté, le conseiller municipal de Démocratie Québec, Jean Rousseau, se pose également de nombreuses questions. «Tout le monde pensait que l’aménagement d’Hochelaga ferait partie du projet global. On apprend aujourd’hui que c’est complémentaire. Les raisons invoquées me paraissent un peu étranges.»

Les deux élus sont également inquiets que d’autres projets municipaux comme la Centrale de police soient mis de côté ou prennent du retard, parce qu’il n’y a plus assez d’argent pour les financer. «Des projets doivent être retirés du PTI [Programme triennal d’immobilisations] de la Ville de Québec pour payer les travaux du tramway. C’est certain que ça a des impacts», s’indigne M. Gosselin. 

+

Le boulevard Hochelaga passera de quatre à six voies entre Robert-Bourassa et l’avenue De Rochebelle.

Chantier majeur 

Les travaux commenceront en juin 2020. L’administration Labeaume espère qu’entre-temps, ceux de la route de l’Église seront terminés. 

Ces travaux sont nécessaires pour assurer la fluidité de la circulation pendant les travaux de construction du tramway sur le boulevard Laurier. 

La Ville élargira donc le boulevard Hochelaga de quatre à six voies sur une distance de 1,9 kilomètre, entre l’autoroute Robert-Bourassa et l’avenue De Rochebelle. 

Les travaux comprendront l’ajout d’une piste cyclable dans chaque direction, la réfection des infrastructures souterraines et des réseaux d’utilités publiques et l’amélioration des aménagements paysagers. 

L’aménagement devrait être complété au printemps 2022. Lors de la mise en service du tramway, ces deux voies supplémentaires seront également dédiées à l’automobile.