Hélène David a tenu à rappeler que la violence conjugale, ce n’est pas qu’une chicane de couple: «c’est beaucoup plus que ça».

Québec lance son plan d’action contre la violence conjugale

MONTRÉAL — Le gouvernement du Québec a détaillé vendredi matin son nouveau plan d’action pour contrer la violence conjugale, qui prévoit notamment des fonds pour les maisons d’hébergement qui accueillent les victimes, ainsi que pour accélérer la cadence du traitement de ces cas de violence devant les tribunaux.

L’annonce a été faite à Montréal par la ministre de la Condition féminine, Hélène David, et la ministre de la Justice, Stéphanie Vallée.

Mme David a tenu à rappeler que la violence conjugale, ce n’est pas qu’une chicane de couple: «c’est beaucoup plus que ça».

«C’est pour dominer et affirmer son pouvoir sur l’autre», a insisté la ministre, qui ne peut que constater qu’il y a encore beaucoup trop de cas.

Le plan est assorti d’un financement de quelque 600 millions $ sur cinq ans, des sommes déjà annoncées dans le budget de mars dernier, mais qui sont désormais détaillées.

La majorité de cette somme — 520 millions $ — sera consacrée à poursuivre le financement de mesures déjà en place, comme une ligne d’écoute confidentielle.

Le gouvernement a toutefois annoncé une série de 56 nouvelles mesures, auxquelles il accorde 86 millions $ afin de les réaliser.

Cet argent servira entre autres à engager quelque 20 nouveaux procureurs de la Couronne pour s’ajouter à ceux qui constituent déjà une équipe spécialisée en violence conjugale.

«L’objectif sera d’avoir des procureurs dédiés à un dossier, qui le suivront tout au long du processus. [...] Le procureur peut plus rapidement fixer les dossiers», a expliqué la ministre Vallée. Par contre, pas de priorisation des dossiers criminels au sein du processus judiciaire en leur donnant, par exemple, une cote d’urgence qui permettrait d’arriver devant un juge plus vite. Québec a toutefois investi des sommes assez récemment pour nommer de nouveaux juges à la Cour du Québec et a procédé à des nominations.

«Vingt procureurs, ce n’est pas beaucoup, mais chaque ressource compte», a commenté Louise Riendeau, coordonnatrice des dossiers politiques au Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale, qui était présente lors du lancement du plan vendredi.

Elle aurait aimé voir un projet-pilote pour tester des «voies rapides [devant les tribunaux] pour les questions de violence conjugale».

Les maisons d’hébergement

Les maisons d’hébergement reçoivent une bonne part du gâteau des nouvelles mesures, avec 57 millions $ sur 86, et le maintien du financement déjà fourni, à hauteur de 390 millions $ sur cinq ans. Un pas dans la bonne direction, certes, mais les sommes ne comblent malheureusement pas les besoins, selon les responsables de ces refuges présentes à l’annonce.

Les nouvelles mesures visent aussi à permettre aux maisons d’hébergement — celles d’urgence (appelées refuges de première étape, les femmes y restant normalement trois mois) comme celles de moyenne durée (maisons de deuxième étape où les femmes peuvent demeurer jusqu’à deux ans) — de répondre aux réalités plus complexes des victimes: les minorités sexuelles, les femmes isolées géographiquement et celles qui sont handicapées.

Pour Gaëlle Fedida, coordonnatrice de l’Alliance des maisons d’hébergement de deuxième étape pour femmes et enfants victimes de violence conjugale, le plan d’action est «une excellente nouvelle pour les maisons de deuxième étape». Mais elle souligne rapidement que les ressources leur permettent de seulement aider la moitié des femmes qui ont cogné à leurs portes.

Qu’arrive-t-il aux autres? «C’est la rue, c’est le retour au conjoint violent, c’est le «couch-surfing», c’est la tournance dans les maisons de première étape», a-t-elle soupiré.

L’argent offert dans le plan permettra toutefois d’offrir de meilleurs services à celles qui ont une place en hébergement, ainsi qu’à leurs enfants, ce qui n’existait pas avant cette année. Mais il faut de nouvelles unités de logement, soutient-elle.

Il manque d’ailleurs cruellement de places dans certaines régions, a ajouté Mme Riendeau.

Le plan parle aussi de services adaptés aux réalités des Premières Nations, ainsi que de prévention et de détection de la violence et des relations malsaines, notamment chez les jeunes. Les adultes de 18 à 29 ans affichent des taux de victimisation largement supérieurs à ceux des autres groupes d’âge, souligne le gouvernement.

En 2015, dans la catégorie des «crimes contre les personnes», près du tiers d’entre eux avaient été commis dans un contexte de violence conjugale au Québec.

Et les femmes en sont les victimes dans 78% des cas, selon les chiffres du gouvernement.