«La région de Québec reste sur son appétit», déplore le député conservateur Gérard Deltell.

Québec, la grande oubliée du budget, selon Deltell

Pour le député conservateur de Louis-Saint-Laurent Gérard Deltell, il n’y a pas de doute que la région de Québec est la grande oubliée du troisième budget Morneau.

«La région de Québec reste sur son appétit. M. Trudeau faisait des beaux yeux à la Davie il y a quelques semaines et, pourtant, il n’y a rien pour la Davie dans ce budget. Rien non plus pour le train à grande fréquence et on n’a toujours pas annoncé les 25 millions $ prévus pour l’expansion dans l’Ouest canadien de l’Institut national d’optique (INO). Même chose pour l’Institut Nordique et le Port de Québec», a déploré le député en point de presse.

M. Deltell estime que le chantier maritime Davie aurait dû se voir octroyer un contrat pour un autre bateau ravitailleur après avoir complété avec succès la transformation du porte-conteneurs Asterix en pétrolier ravitailleur.

«Depuis le début, je le dis que Davie aurait dû avoir le contrat de l’Obelix, non pas par charité chrétienne, mais parce qu’ils le méritent. M. Trudeau était tout gentil, tout miel quand il est venu ici, même s’il n’a pas eu à s’habiller comme des travailleurs de la Davie», a laissé tomber M. Deltell, ajoutant qu’il allait continuer de réclamer ce contrat pour le chantier maritime lévisien.

«Ils sont capables de faire un bateau de ravitaillement pour quatre fois moins cher qu’un bateau neuf, alors je vais continuer à taper là-dessus. J’ai vu qu’un montant du budget était prévu pour la Garde côtière, mais j’attendrai de voir si des contrats seront donnés à la Davie.»

Institut national d'optique

Gérard Deltell était également déçu que le projet d’expansion de l’Institut national d’optique (INO) ne figure pas dans la stratégie des grappes industrielles du gouvernement libéral. «L’INO a été créé sous le gouvernement conservateur et fait dans la recherche fondamentale et appliquée. Nous, on s’était engagés à ce que l’expansion dans l’Ouest se fasse et, durant la campagne électorale il y a deux ans, les libéraux étaient d’accord.»

M. Deltell a aussi déploré que le gouvernement libéral n’ait pas annoncé de mesure fiscale avantageuse pour les entreprises. «Et pourtant, il le faudrait pour que nos entreprises soient compétitives face aux entreprises américaines.»

Déficit

Il a ensuite pourfendu le déficit de 18 milliards prévu dans ce budget. «C’est un déficit trois fois plus élevé que ce qu’il s’était engagé à faire. Encore une fois, on envoie la facture à nos enfants et à nos petits enfants. Et en plus, on n’a aucune idée du moment du retour à l’équilibre budgétaire. Il n’y a aucun chef de famille qui pourrait gérer comme ça, toujours sur la carte de crédit.»

Le conservateur estime que le gouvernement aurait dû au contraire profiter de la bonne santé de l’économie canadienne. «L’économie canadienne va bien. Justement, c’est le temps de gérer comme il faut dans ce temps-là. Mais avec ce qui a été annoncé, quand on va tomber, on va se ramasser dans le dalot comme sous Pierre Elliott Trudeau. Je suis obligé de dire que fiston fait la même chose 40 ans plus tard», a-t-il conclu.