Paul Shoiry, conseiller sortant de Sainte-Foy–Sillery, quittera son bureau de l’hôtel de ville vendredi, après 23 ans de politique municipale.

Québec 21 devra faire ses classes, selon Shoiry

Le conseiller sortant du district Sainte-Foy–Sillery, Paul Shoiry, estime que la population ne doit pas nourrir «de grandes attentes» à l’égard de la nouvelle opposition à l’hôtel de ville formée du chef de Québec 21, Jean-François Gosselin, et de son élu Stevens Melançon.

«Même si Régis Labeaume a eu un mandat moins fort qu’en 2013, il conserve encore une très forte majorité au conseil. Le maire reste une grosse locomotive pour ses candidats. La population lui a donné un mandat majoritaire et a voté pour la continuité. Dans ce contexte, Québec 21 ne peut pas lui offrir une énorme opposition», analyse M. Shoiry.

À son avis, les deux nouveaux venus devront d’abord et avant tout faire leur apprentissage de la chose municipale, ce qui ne sera pas une sinécure. «Ils ne pourront pas s’attaquer à tous les dossiers. Il y en a trop et ils sont trop gros. C’est beaucoup pour seulement deux élus. Ils vont devoir cibler leurs interventions et les questions posées au conseil.»

Les prochaines semaines leur donneront de quoi faire leurs classes, ajoute l’ancien chef de l’opposition officielle au conseil municipal, en donnant comme exemple le dépôt du budget et du Programme triennal d’immobilisations.

Avenir d’Anne Guérette

Quant à l’avenir d’Anne Guérette, la chef de Démocratie Québec, une formation dont il a claqué la porte en mai, Paul Shoiry estime qu’elle est «la grande perdante» de cette élection et qu’un choix «pas facile» s’impose à elle.

«C’est une défaite importante. Son leadership va certainement être remis en question par sa base militante. Voudra-t-elle revenir dans un rôle plus effacé?»

«Démocratie Québec reste une belle organisation, avec de belles valeurs et un excellent programme, malheureusement le chef n’a pas réussi à convaincre la population», ajoute celui qui avait été élu sous cette bannière en 2013, avec 60,5 % des votes.

Le cœur un peu gros

M. Shoiry a félicité lundi matin sa successeure dans son district, Émilie Villeneuve, d’Équipe Labeaume, élue avec 1199 votes d’avance sur son adversaire Marie Lacerte de Démocratie Québec.

À son avis, la nouvelle conseillère devra s’attaquer aux dossiers prioritaires du secteur, à commencer par la mise en valeur du site patrimonial de Sillery et les impacts de la construction de quelque 200 logements sur les résidents du quartier Saint-Michel.

M. Shoiry, 61 ans, quittera son bureau de l’hôtel de ville vendredi, «un peu le cœur gros», après 23 ans de politique municipale. «C’est un deuil à faire. Ça va faire drôle de ne plus être dans l’action.»

Le futur ex-conseiller «ne ferme [toutefois] pas la porte» à un retour sur la scène politique. «Je ne sais pas encore. J’ai la vocation pour le service public. J’ai plusieurs possibilités, mais je ne suis pas pressé.»