Les quatre nouveaux cas portent à 1993 le nombre de personnes ayant reçu un diagnostic de COVID-19 dans la Capitale-Nationale depuis le début de la crise sanitaire.
Les quatre nouveaux cas portent à 1993 le nombre de personnes ayant reçu un diagnostic de COVID-19 dans la Capitale-Nationale depuis le début de la crise sanitaire.

Quatre nouveaux cas de COVID-19 dans la Capitale-Nationale

Élisabeth Fleury
Élisabeth Fleury
Le Soleil
La région de la Capitale-Nationale comptait mardi quatre nouveaux cas confirmés de COVID-19, tous recensés dans la communauté mais isolés et toujours sans lien avec l’éclosion au Costco Lebourgneuf.

Ces nouveaux cas portent à 1993 le nombre de personnes ayant reçu un diagnostic de COVID-19 dans la Capitale-Nationale depuis le début de la crise sanitaire. Parmi elles, 1741 sont rétablies, 195 sont décédées et quatre sont hospitalisées (aucune aux soins intensifs). On compterait donc toujours 57 cas (confirmés) actifs dans la Capitale-Nationale.

Selon le CIUSSS de la Capitale-Nationale, aucun des quatre nouveaux cas signalés mardi ne serait lié à l’éclosion du Costco Lebourgneuf, qui a jusqu’ici touché neuf employés et qui a mené à l’ouverture samedi d’un deuxième centre de dépistage sans rendez-vous à ExpoCité. 

La population a d’ailleurs continué d’affluer en grand nombre mardi aux centres Fleur de Lys et ExpoCité. Depuis vendredi, entre 1000 et 1500 tests de dépistage sont effectués quotidiennement par le CIUSSS de la Capitale auprès de personnes qui présentent des symptômes ou qui souhaitent simplement être rassurées. 

Lundi, le CIUSSS a annoncé que le centre de dépistage temporaire d’ExpoCité restera ouvert toute la semaine pour répondre à cette forte demande.

Dans les milieux d’hébergement pour aînés, la situation reste stable. Aucun nouveau cas n’a été signalé au CHSLD Le Faubourg et à la résidence privée pour aînés Auberge aux Trois Pignons, les deux seuls établissements où la levée des éclosions n’a pas encore été annoncée.

Le CIUSSS de la Capitale-Nationale dit par ailleurs accueillir favorablement le plan d’action annoncé mardi par le ministre de la Santé, Christian Dubé, pour affronter une deuxième vague de COVID-19, notamment en ce qui a trait à l’aide d’urgence de 106 millions $ qui sera versée à la santé publique pour soutenir les directions régionales. 

Le CIUSSS de la Capitale-Nationale avait déjà recruté des policiers retraités pour l’aider à procéder aux enquêtes de contacts des personnes infectées. L’aide annoncée mardi permettra de bonifier les équipes de la santé publique consacrées à ces enquêtes épidémiologiques, indique-t-on. 

Le CIUSSS se dit également mieux armé pour affronter la COVID-19 dans les milieux d’hébergement pour aînés. Quelque 500 préposés fraîchement formés arriveront en renfort en septembre, et environ 600 experts en prévention et contrôle des infections auront été formés, énumère la porte-parole Annie Ouellet. 

Le CIUSSS a par ailleurs accentué sa «vigie» dans les différents milieux d’hébergement pour aînés (publics et privés) «pour s’assurer que les gens ne relâchent pas les mesures de prévention».

Pas de nouveau cas dans Chaudière-Appalaches 

Dans la région de Chaudière-Appalaches, aucun nouveau cas n’a été rapporté mardi. Le dernier bilan fait donc toujours état d’un total de 588 personnes infectées depuis le début de la pandémie. De ce nombre, 569 sont rétablies, huit sont décédées et aucune n’est hospitalisées, ce qui porte à 11 le nombre de cas (confirmés) actifs dans la région.