Le Palais de justice de Québec

Quatre ans de prison pour le pédophile récidiviste Karl Audet

Le pédophile récidiviste Karl Audet, qui avait plaidé coupable l’an dernier à une accusation de possession de pornographie juvénile et à une autre d’avoir fait défaut de se conformer à une ordonnance de surveillance de longue durée (OSLD), a été condamné lundi à quatre ans d’emprisonnement.

Après quelques années de criminalité anonyme, Karl Audet s’était fait connaître en 2012 lorsque, avec sa conjointe de l’époque Julie Viel, il avait tendu un piège à une enfant de 9 ans. Le couple avait réussi à attirer la petite fille chez eux et Audet avait pu toucher la vulve de l’enfant et faire une courte vidéo pornographique. Audet a plaidé coupable, mais niait toute déviance.

Pour son crime, Audet a été condamné en 2014 à une peine de cinq ans d’emprisonnement. Sa période de détention s’est toutefois allongée de six mois après qu’il se soit fait prendre, dans sa cellule du pénitencier, avec des photos de pornographie juvénile cachées dans une Bible. Encore là, Audet disait que les images étaient destinées à la vente aux codétenus, pas à assouvir ses instincts.

Karl Audet a intégré la maison de transition Marcel-Caron à Québec en septembre 2017. Déclaré délinquant à contrôler pour une période de 10 ans, Audet fait l’objet d’une OSLD qui lui interdit de posséder ou d’utiliser un ordinateur ou tout autre dispositif électronique lui permettant d’avoir accès sans surveillance à Internet. 

Au printemps 2018, Audet s’est fait prendre à utiliser un téléphone intelligent. La fouille de l’appareil permettra de récupérer 92 fichiers de pornographie juvénile et 45 images de nudité juvénile. Quelques semaines auparavant, Google avait dénoncé le téléchargement de 50 fichiers de pornographie juvénile par l’appareil de Karl Audet.

C’est cette dernière infraction qui a ramené Audet devant la cour. Il a plaidé coupable en août 2018 à un chef de possession de 137 fichiers de pornographie et de nudité juvénile, et à un autre d’avoir fait défaut de se conformer à une OSLD. 

La poursuite réclamait entre quatre et cinq ans d’emprisonnement, alors que la défense suggérait de 28 à 32 mois. 

Risque élevé de récidive

Lors des représentations sur la peine, cet été, Karl Audet s’était excusé auprès de ses victimes directes et indirectes, et avait reconnu pour la première fois être un pédophile. L’agression sexuelle subie à l’âge de cinq ans n’excuse rien, avait-il admis, mais expliquerait selon lui ses comportements déviants.

Le juge Christian Boulet a justifié la peine imposée à Audet notamment par «la problématique pédophilique ancrée de l’accusé» et par le risque élevé de récidive. «Je suis d’avis, sans mettre de côté la réhabilitation, que l’objectif de dissuasion est primordial dans les circonstances, compte tenu qu’il s’agit d’une deuxième récidive en semblable matière depuis sa condamnation en 2014», a souligné le juge Boulet. 

Il ne reste à Karl Audet que 32 mois de prison à purger compte tenu de sa détention préventive. L’homme de 37 ans sera par ailleurs inscrit au registre des délinquants sexuels à perpétuité. Il lui sera également interdit à vie de posséder un ordinateur et de se trouver dans des endroits fréquentés par des mineurs.  Avec Isabelle Mathieu