Un des 10 enfants du camp de jour de la Joujouthèque Basse-Ville, travaillant sur l'oeuvre d'art collective qui a séduit des touristes de passage à Québec.

Quand l'art appartient aux enfants

Un pinceau, une toile et... un hamac. C'est tout ce qui a été nécessaire à 10 enfants de Québec pour réaliser une oeuvre d'art collective qui trône aujourd'hui à Chicago, dans l'appartement d'un couple d'Américains ayant su apprécier la beauté du tableau avant la singularité de la méthode.
C'est le genre d'ouverture qui réjouit et nourrit Caroline Simonis, directrice artistique du Cercle, selon qui la créativité artistique des enfants est trop souvent ignorée, dévalorisée. «Les enfants ont beaucoup de choses à nous apporter en termes de créativité», pense-t-elle. «On devrait s'inspirer d'eux au lieu qu'eux s'inspirent de nous.»
En ce sens, depuis deux étés, Le Cercle accueille «en résidence» une dizaine d'enfants du camp de jour de la Joujouthèque Basse-Ville pendant une semaine, le temps d'éveiller et de développer au maximum leur créativité artistique. Parmi les activités auxquelles ils sont conviés, il y a la peinture à l'horizontale, c'est-à-dire couché sur le ventre dans un hamac suspendu au-dessus d'une immense toile vierge. On laisse la gravité - et quelques poussées - faire le travail.
L'oeuvre d'art collective réalisée par les enfants, et achetée par un couple de Chicago
Cet été, l'exercice auquel ont pris part les 10 jeunes en résidence, âgés de 6 à 11 ans, a donné lieu à une finale inattendue. Exposée sur un mur du Cercle, l'oeuvre a été achetée, pour la somme de 200 $, par un couple de touristes qui passait par là, et qui ne savait pas, au moment de tomber sous le charme du tableau, qu'il avait été peint par des enfants. Mais pour eux, la provenance de l'oeuvre était sans importance; un coup de foudre est un coup de foudre.
Volet réservé aux enfants
Cette initiative du Cercle s'inscrit dans un volet de sa programmation réservé à l'enfance, et dont l'établissement faisait la promotion samedi à l'occasion de l'événement Cuisinez Saint-Roch. Pendant que les grands s'en mettaient plein la panse sur la rue Saint-Joseph, les petits, eux, faisaient de l'art à la verticale. Ça implique : un pinceau, une toile, un mur et... un petit trampoline, question d'aller peinturer toujours plus haut. Vous imaginez le principe...
Pourquoi ce volet réservé aux enfants? «Parce que les enfants n'ont pas beaucoup de place pour eux dans la ville», se désole Caroline Simonis, elle-même mère de deux enfants. «Ils sont souvent parkés à des endroits.» Un parc, un terrain de jeu, une garderie.
Par ailleurs, les activités proposées par Le Cercle ne se concentrent pas uniquement sur les arts visuels. Les p'tits mélomanes du dimanche, par exemple, proposent des «spectacles musicaux pour petites et grandes oreilles», peut-on lire sur un encart du Cercle. Et lors de ces spectacles de musique classique, les chaises, sur lesquelles les enfants finiraient rapidement par s'ennuyer, sont remplacées par des tapis. Marcher, danser, bouger ou se coucher pour écouter la musique, c'est à la guise de chacun.