Qualinet largue à son tour CHOI Radio X, après Hydro-Québec, Desjardins et les autres

Marc Allard
Marc Allard
Le Soleil
Normand Provencher
Normand Provencher
Le Soleil
Qualinet s'est ajouté mardi aux entreprises qui ont cessé de placer des publicités sur les ondes de CHOI Radio X, suivant un mouvement amorcé par la Ville de Québec et suivi par Hydro-Québec, Desjardins, Uniprix, Industrielle Alliance, La Capitale Assurance, Mercedez-Benz Québec et Groupe Paquet.

L'entreprise de nettoyage après-sinistre a réfléchi à la question lundi et a pris la décision mardi matin, indique Marc Robichaud, porte-parole de Qualinet.

«On pense que par les temps qui courent il est très important que les citoyens et les citoyens corporatifs soient solidaires des actions prises par le gouvernement pour contrer la COVID-19, dit M. Robichaud. Et on pense que, oui, la liberté d'expression est une chose, mais que ça doit pas dériver vers de la désinformation considérant qu'il y a des vies en jeu et qu'on parle de santé publique».

Selon M. Robichaud, Qualinet annonçait régulièrement sur les ondes de Radio X.

Vague

Lundi après-midi, Hydro-Québec a annoncé le retrait de publicités qui devaient être diffusées sur les ondes de la station dans les prochaines semaines. 

«Chez Hydro-Québec, la santé et la sécurité du public, c'est des valeurs qui sont fondamentales, donc on juge que les contenus qui ont été diffusés dans les dernières semaines vont à l'encontre de ces valeurs-là et on veut être cohérent», dit Marc-Antoine Pouliot, chef des affaires publiques et médias auprès de la société d'État. 

De son côté, le Groupe Desjardins a également retiré ses publicités «pour une période indéterminée» de la controversée station.

«Dès le départ, Desjardins a pris très au sérieux la pandémie de COVID-19 et a mis en place rapidement des mesures pour assurer la sécurité et la santé de ses membres et employés. En regard des propos actuellement tenus, on n’a pas le choix de retirer notre publicité à ce moment-ci», a fait savoir un porte-parole, Jean Turcotti.

Lundi en fin d'après-midi, Uniprix a confirmé au Soleil qu'elle a cessé ses activités publicitaires avec la station. «Ceci est dû au fait qu'une de nos publicités en ligne préprogrammées est apparue par inadvertance à côté d'un segment de CHOI Radio X One-Two Punch qui contenait des commentaires inquiétants concernant l'utilisation de masques faciaux en public», indique Darius Kuras, porte-parole de Mckesson Canada, propriétaire d'Uniprix.

Industrielle Alliance a également annoncé qu'elle arrêtait d'annoncer sur les ondes de la station. Le groupe d'assurances a pris cette décision après avoir appris que la Ville de Québec cessait ses publicités sur les ondes de CHOI Radio X.

«Ça nous interpellés et c'est à ce moment-là qu'on a décidé de ne plus faire de placements publicitaires à cette radio», dit Pierre Picard, responsable des relations publiques pour Industrielle Alliance.

Chez le concessionnaire Groupe Paquet, le vice-président Normand Lemieux confirme qu’il retire «temporairement» ses publicités des ondes de Radio X, le temps «de laisser retomber la poussière».

«Je reçois des plaintes de clients qui n’aiment pas qu’on soit avec eux autres. On va se tasser parce que la marmitte bouille. Ça fait 50 ans qu’on est en affaires, ça nous tente pas d’être dans une controverse.»

M. Lemieux a indiqué que la direction discutera avec sa firme de communications pour déterminer le plan publicitaire le mois prochain. En attendant, la compagnie «place de la publicité ailleurs».

Groupe Paquet compte cinq concessions automobiles dans la région de Québec : Paquet Nissan, Paquet Mitsubishi, Kia Montmagny, Montmagny Nissan et Pneu Paquet Lévis.

Jeudi dernier, avant la Ville de Québec, la chaîne Pizza Royale avait décidé d'annuler sa publicité dans le segment du chroniqueur Éric Duhaime, qui se prononce régulièrement contre le port obligatoire du masque.

Le propriétaire, André Poirier, explique au Soleil que certains discours contre les mesures de santé publique tenus sur les ondes de la station vont à l'encontre de ses valeurs de protection des personnes les plus fragiles de la société. «Le message du gouvernement, il faut qu'il soit fort, il ne faut pas qu'il soit dilué», dit M. Poirier.

De son côté, le groupe Restos Plaisirs, qui comprend notamment le Cochon Dingue, le Lapin Sauté, le Ciel! et le Café du Monde, se questionne sur sa relation d'affaires avec CHOI Radio X. «Nous sommes préoccupés par l’influence d’un discours qui vise à miner les efforts de la santé publique dans le contexte de la pandémie», a indiqué Pierre Moreau, président-directeur général de Restos Plaisirs, dans une déclaration officielle. 

RNC Media réagit

En fin d'après-midi, lundi, le propriétaire de CHOI Radio X, RNC Media, a réagi aux retraits d'annonceurs par communiqué, indiquant que la station «continuerait de faire la promotion du respect des consignes sanitaires».

L'entreprise a toutefois souligné qu'elle ne peut pas accepter «toute association tendancieuse et fallacieuse avec le mouvement conspirationniste et les appels au boycott qui ne sont basés sur aucune déclaration formulée en ondes par ses animateurs», indique le communiqué de RNC.

«Il est tout à fait normal, comme l’ensemble des médias d’ailleurs, que CHOI informe adéquatement ses auditeurs, mais conserve un sens critique à l’égard de l’actualité et de la gestion de cette pandémie par les gouvernements et les élus qui nous gouvernent», précise le communiqué. L’entreprise indique qu'elle envisage «toutes les options qui s’offrent à elle pour défendre sa réputation». 

Malgré plusieurs demandes, le directeur général de CHOI, Philippe Lefebvre, n'a pas rappelé Le Soleil, lundi. En matinée, l'animateur Jeff Fillion a refusé de commenter la décision de la Ville. 

La Ville de Québec ouvre le bal

Lundi matin, la Ville de Québec a été la première à annoncer qu'elle cessait ses publicités sur les ondes de CHOI Radio X. La Ville «estime que le comportement des propriétaires de cette station de radio constitue un danger pour la santé publique et le bien-être des citoyens de Québec, car CHOI fait la promotion de l’opposition aux mesures sanitaires durant cette période de grave pandémie», a-t-elle expliqué dans un communiqué. 

CHOI ouvre régulièrement son micro à des intervenants qui remettent en doute les décisions du gouvernement et de la santé publique reliées à la COVID-19.  Jean Fillion a notamment reçu plusieurs fois en entrevue Alexis Cossette-Trudel, un anti-masque qui estime que le port obligatoire du couvre-visage est un «coup d’État contre le peuple». 

En entrevue avec Jeff Fillion le 16 septembre, par exemple, M. Cossette-Trudel a estimé que les manifestations antimasque prouvent que la pandémie est un «danger artificiel».

«Lors de nos manifestations, il n'y a pas eu d'éclosion, a-t-il dit. On se ramasse à dix, quinze, vingt, trente mille personnes, collées, serrées, pas de distanciation sociale, on se fait la bise, on prend des selfies, on sert des mains, des dizaines de milliers de mains, pis le virus ne circule pas. À quoi servent les mesures de santé publique? Les manifestations sont une preuve que c'est un danger qui est surfait, que c'est un danger artificiel».

De son côté, l'animateur Dominic Maurais compte parmi ses collaborateurs réguliers l'ex-syndicaliste Ken Pereira, anti-masque et adepte de théories du complot. 

La station estime qu'elle défend la libre-circulation des idées. Ce n'est pas l'avis de la Ville. «Sous le couvert de l’idée de la liberté d’opinion, cette organisation valorise les idées s’opposant aux mesures sanitaires», dénonce-t-elle. 

Alors que Québec pourrait basculer en zone rouge, la Ville précise qu'elle a réactivé sa cellule de gestion de crise pour la pandémie, qui était restée en vigie depuis juillet. 

«Pour cette raison, la Ville de Québec ne peut absolument pas endosser, par sa participation publicitaire et financière, le comportement des propriétaires de CHOI. Ce comportement est de nature à augmenter le niveau de contamination actuel qui a un impact majeur sur la santé publique et sur l'économie locale», estime la Ville.

Pub du gouvernement refusée

La semaine dernière, CHOI Radio X avait refusé de diffuser une pub du gouvernement du Québec qui s'adresse aux complotistes. Devant la réticence de la station, le gouvernement a décidé de ne pas aller plus loin avec sa campagne publicitaire prévue sur les ondes du 98,1.

Le directeur général de CHOI, Philippe Lefebvre, avait justifié le refus de la pub en expliquant que «cette offensive trace un lien direct entre CHOI Radio X et les complotistes, ce que nous ne pouvons accepter sous aucun prétexte». 

La direction jugeait que les trois messages «présentent un profil caricatural de son auditoire. Par conséquent, en guise de respect pour lui, la station s’abstiendra de les mettre en ondes».

Lundi matin, le député solidaire de Jean-Lesage, Sol Zanetti, a salué la décision de la Ville de Québec de cesser d'annoncer à CHOI Radio X. 

«Il s’agit d’une décision très responsable de la part de Régis Labeaume, a fait savoir M. Zannetti par communiqué. L'argent des contribuables ne devrait jamais financer des entreprises qui font obstruction à la santé publique, encore moins en temps de pandémie».

Sol Zanetti invite maintenant le gouvernement du Québec à suivre l'exemple de la Ville de Québec et à retirer toutes ses publicités des ondes de CHOI Radio X.

Sur sa page Facebook, sa collègue solidaire Catherine Dorion se demande si le gouvernement Legault imitera la Ville de Québec et aura le «courage» de retirer ses publicités de la station.

«Si Radio X ne veut pas faire affaire avec le gouvernement du Québec, c’est son droit, a indiqué Mme Dorion. Le gouvernement du Québec n’est pas obligé de faire affaire avec eux non plus, pantoute. J’espère qu’il aura les couilles de suivre la Ville de Québec là-dessus».