Par l'entremise de l'UMQ, le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, espère faire pression sur le gouvernement fédéral pour qu'il tienne davantage compte de l'opinion des villes quand vient le temps de réaliser des projets controversés comme celui des silos de granules de bois. 

Quai de Lévis: le projet coûtera plus cher que prévu

Les travaux de reconstruction du quai Paquet, dans le secteur de la traverse à Lévis, coûteront 33 % plus cher que budgété initialement.
La Ville de Lévis a accordé lundi soir le contrat de réalisation des travaux de revitalisation du secteur de la traverse au Groupe Macadam. L'entrepreneur général a déposé une soumission de 16,8 millions $, taxes incluses. Des économies potentielles de 500 000 $ ont été identifiées pour faire baisser la facture.
Ce ne sera toutefois pas suffisant pour rivaliser avec l'estimation avec laquelle travaillaient la Ville et le sous-traitant qui a préparé les plans, la firme IBI/DAA. Le tandem pensait recevoir des offres tournant autour de 12,5 millions $, taxes incluses.
Soumission la plus basse
Des quatre soumissions reçues, celle du groupe Macadam était pourtant la plus basse. La plus élevée dépassait les 18 millions $.
Du coup, IBI/DAA récolte 269 583 $  de plus que prévu à titre d'honoraires puisque ceux-ci sont calculés au prorata de la moyenne des soumissions, excluant la plus haute et la plus basse.
Le coût total du projet a aussi été révisé. Il passe de 19 à 21,6 millions $. Il n'a pas été possible, lundi soir, de confirmer qui allait absorber l'excédent. Sur papier, la part de la Ville de Lévis grimpe à 6,63 millions $ seulement pour 2014. L'administration municipale espère toutefois maintenir sa contribution aux 5 millions $ inscrits au programme triennal d'immobilisations grâce à un ajustement de la subvention provinciale.
À plus long terme, un montant supplémentaire de 4,5 millions $ serait financé par règlement d'emprunt.
Révision du concept architectural
À l'hiver, le maire Gilles Lehouillier a fait réviser le concept architectural pour permettre l'amarrage de navires de croisière au quai Paquet, mais il ne prévoyait pas de coûts supplémentaires. Les discussions avec le Port de Québec pour la venue de bateaux auront lieu plus tard cette année.
Les travaux dans le secteur de la traverse doivent être terminés pour le 31 décembre 2015 si Lévis
veut profiter des subventions promises. Il était d'ailleurs urgent de les autoriser lundi pour respecter l'échéancier, ont spécifié les fonctionnaires.