L'installation de murets de béton devant le CHUL et d'autres devant la SSQ, à la hauteur du Simons, a coûté 100 000 $ à la Ville de Québec.

Protection en béton pour les piétons sur Laurier

Un an après qu'une femme enceinte eut été happée mortellement au milieu du boulevard Laurier, la Ville de Québec a installé des murets de béton pour protéger les piétons qui doivent attendre sur le terre-plein central entre le CHUL et le centre commercial Laurier Québec.
Les blocs de béton armé, qui ont fait leur apparition en début de semaine, ont une forme de long S et sont légèrement ondulés sur le dessus. Ils ne sont pas simplement déposés sur le sol, mais ancrés profondément pour éviter qu'ils ne basculent en cas d'impact, souligne David O'Brien, porte-parole de la Ville de Québec.
«La forme ovale des murets diminuerait l'impact d'un véhicule qui se déporterait sur le terre-plein. De plus, l'orientation et la constitution des murets maximisent la protection des piétons. Bâtis selon les normes les plus élevées en matière de protection civile, les murets achèveront la course de tout véhicule qui se dirige vers le centre de la traverse, peu importe sa grosseur ou sa vitesse», ajoute son collègue Sylvain Gagné. 
Les ondulations dans le béton ont aussi l'avantage d'améliorer le coup d'oeil. Lors de l'annonce de la mise en place d'une protection temporaire pour les piétons, le maire Régis Labeaume avait fait part de critères esthétiques puisque le boulevard Laurier constitue l'entrée de Québec pour de nombreux touristes. 
Murets de béton au CHUL
Solution permanente à trouver
L'installation de ces murets devant le CHUL et de deux autres devant la SSQ, à la hauteur du Simons, aura coûté comme prévu 100 000 $ à la Ville de Québec. Une solution permanente doit être trouvée d'ici le réaménagement du boulevard Laurier, lequel dépend du choix du futur système de transport en commun de Québec. «Pour l'instant, ça sera ça. Ça va faire le travail», a brièvement commenté le maire Labeaume mercredi. 
C'est le 10 août 2016 que Marie-Pier Gagné a trouvé la mort alors qu'elle sortait d'un rendez-vous médical au Centre mère-enfant. Enceinte de 39 semaines, elle a succombé à une hémorragie cérébrale, mais son bébé a survécu. 
Le conducteur de l'automobile impliquée a été accusé de négligence criminelle causant la mort et des lésions. Jonathan Falardeau-Laroche, 22 ans, était sous le coup d'une interdiction de conduire quand l'accident s'est produit car il souffre d'épilepsie. Il doit revenir en cour dans quelques semaines.