Selon l’organisme Protec-Terre, les terres des Sœurs de la Charité pourraient devenir une FUSA et répondre aux besoins alimentaires des résidents de Québec.

Protec-Terre: des fiducies pour sauver les terres agricoles

L’organisme Protec-Terre souhaite multiplier les fiducies d’utilité sociale agricoles (FUSA) en offrant des formations clés en main aux agriculteurs, citoyens et institutions afin de garder la vocation agricole de nombreuses terres. Les terres des Sœurs de la Charité pourraient devenir une FUSA et répondre aux besoins alimentaires des résidents de Québec.

La première FUSA a vu le jour en 2010 avec les terres de la Ferme Cadet Roussel en Montérégie. Une fois transformé en FUSA, le fonds de terre déposé en fiducie ne peut plus être revendu. «Une FUSA, c’est un moyen légal de protéger à perpétuité une vocation agricole des terres au bénéfice de la communauté», a expliqué le président de Protec-Terre, Hubert Lavallée.

La fiducie s’assure également que le fardeau financier lié à l’acquisition d’une terre par la relève agricole soit grandement réduit, et elle empêche la spéculation foncière sur cette terre. 

Dans la grande région de Québec, une seule FUSA existe pour l’instant, à Saint-François-de-la-Rivière-du-Sud, avec la terre de la Vallée des Prairies. 

Sœurs de la Charité

Selon M. Lavallée, les terres des Sœurs de la Charité pourraient être intégrées dans une fiducie. «Elles ont au départ une vocation de nourrir les communautés, c’est un endroit idéal pour pérenniser cette vocation-là. En les mettant dans une FUSA, on s’assure que même lorsque la communauté des sœurs ne sera plus là, il y aura un groupe citoyen au sein de la fiducie qui va s’assurer que la vocation va continuer.»

Le président de Protec-Terre souhaite que le maire de Québec change d’idée et protège les terres agricoles de Québec. «C’est une richesse au sein de la Ville de Québec, ces terres-là, les transformer en terrain immobilier, c’est un non-sens», a-t-il souligné.

Pour M. Lavallée, Québec doit suivre l’exemple des grandes villes dans le monde qui ont tendance à vouloir conserver les terres agricoles pour assurer un meilleur niveau de vie et s’approvisionner à proximité.