Selon le maire Émile Loranger, la construction de nouvelles routes et autoroutes ne fait qu’empirer la congestion en repoussant sans cesse les limites du développement immobilier.

Prolongement de Félix-Leclerc: Loranger dit non à un boulevard urbain

«Pas question» de prolonger l’autoroute Félix-Leclerc vers Saint-Augustin, même sous la forme d’un boulevard urbain, martèle le maire de L’Ancienne-Lorette. Émile Loranger est confiant que le gouvernement arrive à la même conclusion après la mise à jour des vieilles études sur ce projet routier inachevé.

M. Loranger n’a pas peur que les libéraux rouvrent le dossier. Selon lui, ils vont vite déchanter. «Au niveau environnemental, c’était une catastrophe, c’était la destruction d’un milieu de vie superbe. C’était totalement inacceptable et le besoin est même pas là», a-t-il rappelé vendredi lors d’une entrevue téléphonique.

«Je vais seulement m’assurer que tous les éléments vont être pris en considération», a-t-il ajouté. Il pense notamment à la proximité de l’école primaire des Hauts-Clochers, à la protection de la rivière Lorette et au bruit potentiel de nouvelles voies de circulation. 

«Il y a déjà un boulevard urbain qui existe et c’est le boulevard Hamel. Il s’agit simplement de travailler à améliorer la fluidité», a insisté le maire de L’Ancienne-Lorette. 

Il reprend d’ailleurs à son compte l’argumentaire des partisans de la mobilité durable à l’effet que la construction de nouvelles routes et autoroutes ne fait qu’empirer la congestion en repoussant sans cesse les limites du développement immobilier. «On va déplacer le problème. Ça va être encore plus congestionné après quatre, cinq ans.»

Pour le troisième lien

Cette conviction n’empêche toutefois pas le politicien d’être favorable à la construction d’un troisième lien routier entre Québec et Lévis, car, selon lui, c’est l’axe nord-sud qui pose problème. «Il y a trop de routes qui arrivent sur le pont. Ça bouchonne sur le pont. Il faut améliorer cette fluidité-là et ça va dégager partout ailleurs», croit-il. 

Sans être convaincu de l’emplacement idéal pour un autre pont ou un tunnel, M. Loranger le verrait plus à l’est qu’à l’ouest. 

Lors du scrutin partiel dans Louis-Hébert, l’an dernier, le Parti libéral du Québec (PLQ) a promis de compléter l’autoroute Félix-Leclerc pour rejoindre l’autoroute 40. Il perdu la circonscription aux mains de la Coalition avenir Québec (CAQ), mais l’engagement demeure, selon le ministre responsable de la Capitale-

Nationale. Lors de l’étude des crédits budgétaires, la semaine dernière, Sébastien Proulx a annoncé que les dernières données sur le prolongement, qui datent de 2003, seraient mises à jour. C’est là aussi qu’il a testé l’idée d’un boulevard urbain au lieu des voies rapides.