Projets d’infrastructures: la CAQ «trouvera le PQ à ses côtés» [VIDÉO]

La Coalition avenir Québec (CAQ) «va trouver le Parti québécois (PQ) à ses côtés pour faire pression» sur le fédéral pour obtenir du financement pour des projets en infrastructures, affirme le leader parlementaire du PQ, Martin Ouellet.

Ce dernier fait notamment référence au projet de tramway à Québec, qui est toujours en attente de la confirmation d’une enveloppe du gouvernement Trudeau — et aussi du provincial.

«Quand je pense au tramway de Québec… c’est fini là. Il n’y a pas de politique à faire. La politique avait été faite sur ce dossier-là», déclare le député de René-Lévesque. Il déplore que l’argent qui devait être au rendez-vous ne le soit pas. «On s’attend effectivement [à ce] que le gouvernement fédéral mette la main à la pâte aujourd’hui pour que dans le budget de demain on comprenne bien ses intentions», ajoute-t-il.

Il juge qu’il ne fait aucun sens que Québec soit toujours en arbitrage pour obtenir du financement déjà annoncé pour des projets de transport structurant.

M. Ouellet ne se fait pas d’idée sur le fait que «nous sommes en année électorale, donc, bien sûr, qu’il y aura des annonces qui ressemblent à de la générosité». Autrement dit, le PQ ne veut plus de promesses, mais veut que l’argent promis soit disponible et rapidement, explique-t-il interpellant par la même occasion le ministre des Finances Éric Girard pour que ce dernier soit «ferme» et qu’il «s’assure que l’argent est en route».

Ces demandes au fédéral interviennent alors que sera présenté le dernier budget du gouvernement Trudeau, mardi. Il sera suivi jeudi par le premier exercice budgétaire caquiste à la suite de l’élection du 1er octobre dernier.

Travail des infirmières

Le Parti québécois, qui n’a pas présenté que peu de demandes chiffrées, veut d’abord et avant tout que ce budget provincial débloque des fonds nécessaires pour aider les infirmières dans leur travail. Martin Ouellet ne s’attend toutefois pas à ce que cette somme soit de l’ordre de 350 millions $ comme l’a demandé la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ), mais il juge que l’important est d’identifier cet enjeu comme prioritaire.

Le PQ exige également plus de places en centre de la petite enfance (CPE) et un retour au tarif unique en service de garde, 150 millions $ d’ici 2022 pour réparer les CHSLD «délabrés» en plus de l’entretien régulier, ainsi que de l’argent pour les régions afin d’offrir, entre autres, un accès à Internet haute vitesse et au réseau cellulaire à la grandeur de la province.

Concernant les trop-perçus d’Hydro-Québec, qui s’élèveraient à 1,5 milliard $, le porte-parole du PQ en matière de finances a réitéré la position de son parti à savoir que l’argent des clients d’Hydro-Québec doit être entièrement remboursé.

«Les contribuables du Québec ont payé trop cher leur électricité. Ça, c’est un fait. Et comme on a des surplus, je pense que c’est le temps de remettre cet argent à ceux et celles qui l’ont payé», ajoute-t-il.

Les demandes du Parti québécois étaient les dernières à être formulées par une formation politique de l’Assemblée nationale avant le dépôt du budget caquiste, jeudi.