Ouvert à la circulation en 1970, le pont Pierre-Laporte possède la plus grande portée des ponts suspendus du Canada. 

Projet pour illuminer le pont Pierre-Laporte

Après avoir mis en lumière les principales attractions de la ville de Québec, l'architecte Guy Simard, ancien responsable du Plan lumière de la Commission de la capitale nationale du Québec (CCNQ), veut maintenant illuminer le pont Pierre-Laporte.
M. Simard s'est inscrit vendredi au registre des lobbyistes. Il y fait part de son intention de «promouvoir un projet de mise en lumière du pont Pierre-Laporte et, le cas échéant, d'obtenir un contrat de services professionnels pour la formulation du concept lumière du projet (simulation infographique de l'illumination du pont)».
Le ministre des Transports du Québec et le responsable de la région de la Capitale-Nationale, les députés de part et d'autre du fleuve Saint-Laurent et les maires de Québec et de Lévis seront sollicités. 
Le Soleil a tenté sans succès de joindre le principal intéressé, lundi. 
Guy Simard a lancé le mouvement d'illumination des monuments et sites de Québec il y a bientôt 20 ans. À la CCNQ, il a participé à la rédaction du Schéma directeur d'aménagement lumière et a été responsable du Plan lumière, recensant 63 sites à mettre en valeur. 
L'architecte a lui-même travaillé à la mise en lumière de nombreux attraits de la capitale, dont l'hôtel du Parlement du Québec, qui abrite l'Assemblée nationale, l'hôtel de ville, les fortifications et portes du Vieux-Québec, le Musée national des beaux-arts du Québec et la chute Montmorency.
Les ponts de l'île d'Orléans, Pierre-Laporte et de Québec figurent parmi les ouvrages de génie civil ciblés pour une illumination dans le Plan lumière qui date de 1998. 
Le fiasco du pont de Québec
À ce jour, seul le dernier a fait l'objet de travaux qui ont tourné au fiasco. Après une campagne de financement publique de plus de 2 millions $, des lumières - changeant de couleur selon les marées - ont été installées sur le pont de Québec en 2001. La population a jugé le résultat fade et décevant. Les automobilistes se sont plaint d'aveuglement. L'artiste français Yann Kersalé a renié son oeuvre. Tout l'équipement a été retiré du monument historique après quelques années, si bien qu'il n'en reste plus aucune trace. 
M. Simard avait lui-même été très critique de cet épisode. «La stratégie d'implantation des projecteurs imaginée par le concepteur lumière n'a pas été adéquate pour réaliser le concept, avait-il déclaré au Soleil en 2005. C'est ce que je pense et de toute évidence, je ne suis pas le seul. Tout observateur réalise qu'il a par moments les projecteurs dans les yeux, un péché contre le commandement numéro un de la mise en lumière.»
Travaillant aujourd'hui à son compte, le concepteur lumière québécois revient à la charge pour mettre en lumière le pont Pierre-Laporte. Ouvert à la circulation en 1970, le pont suspendu possède la plus grande portée des ponts suspendus du Canada, mais n'est pas aussi reconnu que son célèbre voisin cantilever, par ailleurs très affecté par la rouille.
À la CCNQ, la porte-parole Anne-Marie Gauthier confirme que M. Simard n'a plus de lien d'emploi avec l'organisation. «Le pont Pierre-Laporte est effectivement identifié dans notre Plan lumière, comme un site potentiel à mettre en valeur. Il s'agit d'un ouvrage de génie civil emblématique et une porte d'entrée à la capitale», ajoute-t-elle. Toutefois, «présentement, la Commission ne travaille pas sur ce dossier et n'a pas été interpellée à ce sujet». 
Projet en cours sur le pont Jacques-Cartier
Pour le 375e anniversaire de Montréal, un vaste projet d'illumination du pont Jacques-Cartier est en cours de réalisation. L'investissement est de 39,5 millions $, dont 30 millions $ sont assumés par le propriétaire, la Société des ponts Jacques-Cartier et Champlain, et le reste par la Société du 375e. 
Sur le pont Jacques-Cartier, des capteurs installés sur la structure doivent permettre de moduler les motifs et les couleurs selon la météo et les évènements en cours à Montréal. Les effets seront perceptibles seulement de l'extérieur pour ne pas déranger les automobilistes. À la Ville de Québec, la conseillère responsable du patrimoine et de l'aménagement, Julie Lemieux, a indiqué lundi que Guy Simard a souhaité présenter son projet à la Ville et qu'il a été invité à s'adresser au ministère des Transports.
«En tout respect et en toute logique, on l'a référé au propriétaire du pont, le ministère des Transports», a indiqué l'élue, qui dit ne pas avoir personnellement vu le projet d'illumination.  Avec Valérie Gaudreau