Le sort du programme québécois de procréation assistée n'est pas encore fixé au ministère de la Santé.

Procréation assistée: «triste jour», dit Julie Snyder

L'animatrice de télévision Julie Snyder s'est indignée vendredi soir de la disparition du programme public et gratuit de procréation assistée, pour lequel elle avait beaucoup milité.
En octobre 2008, Julie Snyder a donné naissance à sa fille après avoir eu recours à des traitements de fécondation in vitro. Son conjoint, Pierre Karl Péladeau - prétendant à la chefferie du Parti québécois et actionnaire de contrôle de Québecor -, et elle ont payé les traitements. Julie Snyder a toutefois milité par la suite pour la gratuité des traitements pour les couples infertiles n'ayant pas autant de moyens financiers - avec succès.
Or, le ministre de la Santé Gaétan Barrette a annoncé vendredi la disparition du programme public et gratuit de procréation assistée. «C'est un triste jour pour les couples infertiles», a réagi Julie Snyder à ce propos, sur sa page Facebook.
«Même l'ex-vice-présidente du Parti libéral, Me Karine Joizil, s'indigne sans partisanerie et avec courage contre ce projet de loi discriminatoire», a-t-elle poursuivi. «Je déplore que des couples de la classe moyenne se voient limiter l'accès à un programme qui fait l'envie de tous au sein de la communauté médicale internationale et qui a donné des résultats au-delà de toutes les attentes.»
L'animatrice croit que la disparition du programme nuira au taux de natalité dans la province. «Une société ne se trompe pas lorsqu'elle investit pour augmenter le nombre de ses enfants. Au Québec, nous détenons un des plus bas taux de natalité au monde et nous sommes une des populations les plus vieillissantes au monde.»
Julie Snyder a promis qu'elle fera d'autres interventions publiques afin de soutenir la cause des couples infertiles.