La policière Isabelle Morin lors de son passage en cour, lundi

Procès de la policière Isabelle Morin: le taux d’alcoolémie de la victime absent des calculs

Le motocycliste Jessy Drolet avait un taux d’alcoolémie de 0,08 au moment de la collision avec l’autopatrouille d’Isabelle Morin. Cette donnée n’a pas été prise en considération par les reconstitutionnistes de la Sûreté du Québec (SQ).

La Couronne a admis ce taux d’alcoolémie à la limite de la légalité et a reconnu qu’à partir d’un taux de 0,50, la majorité des gens commencent à avoir les capacités affaiblies. En réponse aux questions de l’avocat de la policière, Me Jean-François Bertrand, le reconstitutionniste de la SQ Sébastien Drolet a expliqué que la variable de l’alcoolémie n’entre pas dans les calculs, pour ce dossier comme pour tous les autres où il a été appelé à rendre une expertise. 

Les expertises toxicologiques ont révélé que Jessy Drolet avait aussi du THC dans son organisme. Le procureur de la Couronne Me Guy Loisel a souligné qu’il est impossible de savoir à quand remonte la consommation de cannabis. En inspectant les vêtements du motocycliste, les policiers ont trouvé deux comprimés de métamphétamines et un demi-joint de marijuana. 

Le témoignage des experts en reconstitution de collisions se poursuit.