Le projet de TGF est très attendu dans la région.

Priorité au TGF dans la région

TROIS-RIVIÈRES — Le premier ministre du Québec Philippe Couillard a causé une onde de choc dans la région, dimanche soir, en annonçant en clôture du congrès du Parti libéral du Québec qu’il comptait miser sur le développement d’un lien Québec-Montréal, privilégiant la technologie du monorail. Dans la région où un projet de train à grande fréquence est attendu et espéré depuis plusieurs années, cette nouvelle prise de position a été reçue comme une drôle de surprise.

Le maire de Trois-Rivières Yves Lévesque a vivement réagi, dimanche soir, en entendant le premier ministre du Québec Philippe Couillard prôner le développement d’un monorail. Le maire, qui travaille de concert avec Via Rail et de nombreuses municipalités et organismes du Québec depuis plusieurs années sur le développement d’un projet de train à grande fréquence ne comprend tout simplement pas d’où sort cette idée.

«J’ai été étonné d’entendre ça. Le projet de train à grande fréquence a obtenu l’appui de dizaines de municipalités d’un côté et de l’autre du fleuve, des MRC et des chambres de commerce. C’est un projet réalisable et qui est pratiquement prêt à être mis en marche. Ce n’est pas vrai qu’on va attendre encore 15 ou 20 ans pour le développement d’un monorail alors qu’on a une solution viable, intelligente et réalisable sur la table», indique-t-il.

Le maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque

Le maire entend d’ailleurs interpeller la ministre régionale Julie Boulet à ce sujet, afin de ramener au centre des discussions le projet de train à grande fréquence et que ce dernier obtienne enfin l’appui du gouvernement Couillard.

Même son de cloche pour le député fédéral de Trois-Rivières, Robert Aubin, qui rappelle que le projet de Via Rail répond aussi aux principales préoccupations énoncées par le gouvernement Couillard, dont le développement du transport interurbain et l’électrification des transports. «C’est un projet qui peut se concrétiser à court terme puisque la majeure partie du tracé est déjà sur une emprise appartenant à Via Rail. Un projet de monorail, minimalement il faudra au moins un mandat juste pour voir la faisabilité de la technologie, voir si ce projet est viable, et deux mandats de plus pour sa réalisation, ce qui fait que c’est un projet qui sera repoussé aux calendes grecques. Les gens de Trois-Rivières ont suffisamment attendu», croit M. Aubin.

Le premier ministre Philippe Couillard a pris la région par surprise dimanche soir, en évoquant son intérêt à voir se développer un projet de monorail entre Québec et Montréal.

Drummondville

Le maire de Drummondville Alexandre Cusson, qui s’était rallié à Trois-Rivières pour le passage du TGF, ne veut pas dénigrer le projet de monorail, mais croit qu’il ne faut pas accentuer le retard déjà pris par le Québec en terme de développement de transport collectif. «Le modèle financier du monorail repose sur un partage des risques avec les municipalités, ce qui accentue aussi les risques de délais du projet. Le projet de TGF m’apparaît une solution adéquate qui dessert aussi bien la rive nord que la rive sud, et à coûts moindres. Je ne dis pas que le projet de monorail ne se fera jamais. Toutefois, on a un peu l’impression qu’avec sa déclaration de dimanche soir, le premier ministre a appuyé sur la touche Reset. A-t-il été mal informé sur le projet de TGF», se demande Alexandre Cusson, qui entend communiquer avec le bureau du premier ministre dans les prochains jours pour le sensibiliser de nouveau au TGF.

À la Fédération des chambres de commerce du Québec, on avait également pris position en faveur du train à grande fréquence. Lundi, le président et directeur général Stéphane Forget se réjouissait au moins de constater que M. Couillard se préoccupait du développement d’un lien Québec-Montréal. «Il y a ça de positif, c’est qu’on s’entend sur le besoin d’un meilleur lien Québec-Montréal. Là-dessus, nous sommes heureux du constat. Mais on reste surpris qu’on parle de réfléchir à un projet de monorail alors que le TGF est une infrastructure stratégique qui devrait recevoir sous peu l’appui du gouvernement fédéral. On espère aussi qu’il obtienne l’appui du gouvernement provincial», mentionne M. Forget.

Selon lui, l’annonce faite dimanche soir par Philippe Couillard est symptomatique d’une chose. «On a collectivement du travail à faire pour démontrer au gouvernement où en est rendu le dossier, et à quel point il y a un consensus général autour du projet de train à grande fréquence. Il faut qu’il voie à quel point le projet est avancé», constate celui qui entend solliciter de nouvelles rencontres avec les élus du Québec afin de faire avancer le dossier. 

Le député de Trois-Rivières Jean-Denis Girard a réitéré que pour lui, le TGF demeurait une priorité. «Le réseau routier n’est plus adapté. Je planche sur la solution réalisable à très court terme, le train à grande fréquence. C’est un outil de développement économique très important pour Trois-Rivières. On est en discussion, sur la planche à dessin. Je veux que Trois-Rivières fasse partie de l’équation», a-t-il déclaré lundi matin.