Les groupes environnementaux et citoyens réunis dans un collectif pressent le gouvernement fédéral de subventionner la remise à niveau des installations actuelles au lieu d’approuver un empiètement dans le fleuve Saint-Laurent pour permettre la construction d’un terminal de conteneurs.

Près de 3000 signatures pour SOS Port de Québec

La pétition en ligne lancée par le nouveau mouvement «SOS Port de Québec», qui veut bloquer le projet d’agrandissement dans la baie de Beauport, a recueilli plus de 3000 signatures dans la seule journée de mardi.

Les groupes environnementaux et citoyens réunis dans un collectif veulent «sauver le port de Québec». Ils pressent le gouvernement fédéral de subventionner la remise à niveau des installations actuelles au lieu d’approuver un empiètement dans le fleuve Saint-Laurent pour permettre la construction d’un terminal de conteneurs.

Christian Simard, directeur général de Nature Québec, a parlé de «mettre les priorités aux bonnes places» et de prévenir «certaines errances» de l’administration portuaire en place, lors d’une conférence de presse tenue mardi matin au Café du monde. 

«On demande au gouvernement fédéral de rejeter le projet d’agrandissement Beauport 2020 et d’intervenir en faveur d’un grand nettoyage et d’une modernisation des infrastructures du port», a-t-il insisté. 

Une pétition en ligne ayant le même objectif accumule les appuis à un bon rythme. En l’espace de 12 heures, mardi, plus de 3000 signatures ont été comptabilisées. D’autres moyens de pression seront déployés au cours des prochaines semaines. 

Nature Québec, Équiterre, Eau Secours, le Groupe d’initiatives et de recherches appliquées au milieu (GIRAM), Accès Saint-Laurent Beauport, l’Initiative citoyenne de vigilance du Port de Québec et Transition Capitale-Nationale font partie de SOS Port de Québec. 

Les groupes dénoncent le dragage du fleuve et le brassage de sédiments contaminés, la perte d’habitats pour la faune aviaire et aquatique, l’augmentation du trafic maritime et terrestre pour livrer les conteneurs et la transformation de la plage de la baie de Beauport. Ils plaident plutôt pour la mise sous couvert du vrac solide à toutes les étapes de manutention. Ils voudraient également que le conseil d’administration intègre des représentants de la communauté. 

Répondant à une demande du Soleil, le ministère des Transports du Canada a fait savoir que «les projets en cours des administrations portuaires canadiennes ne seront pas interrompus durant l’examen de la modernisation des ports» annoncé lundi et qu’ils «continuent leur cheminement au moyen des processus en place». Le projet Beauport 2020 est présentement étudié par l’Agence canadienne d’évaluation environnementale.