La ministre de la Santé Danielle McCann avait lancé un programme de bourse pour les préposés aux bénéficiaires.

Préposés aux bénéficiaires: McCann a brisé son engagement, accuse l’opposition

La ministre de la Santé, Danielle McCann, a brisé son engagement envers l'Assemblée nationale en refusant de présenter un plan pour contrer la pénurie de préposés aux bénéficiaires.

Elle s'y était pourtant engagée le 29 novembre en votant en faveur de la motion suivante : «Que l'Assemblée nationale demande à la ministre de déposer un plan d'action à l'Assemblée d'ici la fin de la présente période des travaux».

Or, la session parlementaire s'est terminée dans la nuit de samedi à dimanche avec un bâillon, sans que la ministre dépose quoi que ce soit.

«Nous allons rendre public ce plan d'action éventuellement», s'est défendue Mme McCann en Chambre, samedi.

Elle était talonnée par le porte-parole libéral en santé, André Fortin, qui l'a accusée de ne pas être «prête» à s'attaquer à la pénurie de main-d'oeuvre qui sévit dans le milieu de la santé, plus précisément au chapitre des préposés aux bénéficiaires en CHSLD.

Sur les 4565 postes équivalant à du temps complet qui se sont ajoutés dans le réseau cette année, seulement 350 concernaient des préposés aux bénéficiaires, a révélé Le Devoir la semaine dernière.

Le gouvernement avait calculé au printemps qu'il devait en embaucher 33 036 d'ici cinq ans pour répondre aux besoins des Québécois.

Par ailleurs, le programme de bourse mis sur pied par Mme McCann connaît un succès mitigé. Seulement 645 bourses ont été octroyées sur les 2000 offertes.

«L'engagement, il est brisé à 100 %, a fulminé M. Fortin. Le fameux plan, là, il est tellement secret, M. le Président, qu'il n'est même pas encore écrit. On a compris. Un engagement de la ministre de la Santé, ça ne vaut pas grand-chose», a-t-il renchéri.

Pour Québec solidaire, la situation illustre à quel point le gouvernement caquiste méprise les institutions démocratiques.

Le leader parlementaire de QS, Gabriel Nadeau-Dubois, a fait état, samedi, d'une série d'événements qui démontrent, selon lui, que le gouvernement se moque de l'Assemblée nationale.

Il a rappelé que dans la dernière semaine seulement, les ministres de l'Environnement et de la Famille, Benoit Charette et Mathieu Lacombe, ont commis des fautes, dont un outrage au parlement, et que la semaine a culminé avec un bâillon.

C'est ce même gouvernement caquiste qui, cet automne, au nom du respect de l'Assemblée nationale, avait critiqué sa collègue Catherine Dorion à cause de la manière dont elle était habillée.

«Alors, j'aimerais juste dire, M. le Président, que la prochaine fois qu'on essaiera de faire, ici, des leçons à des députés sur le respect des institutions puis le respect de l'Assemblée nationale, il y a un gouvernement qui devra se regarder dans le miroir», a-t-il déclaré.