Vue du pont de l'île d'Orléans
Vue du pont de l'île d'Orléans

Premières images du nouveau «pont signature» de l'Île d’Orléans [PHOTOS et VIDÉO]

Jean-François Néron
Jean-François Néron
Le Soleil
Le futur pont de l’île d’Orléans aura une signature unique, promet le ministre des Transports. Mais à quel coût ? Il ne peut le chiffrer encore.

François Bonnardel a «enfin» dévoilé vendredi les maquettes du pont promis, d’abord en 2024 par les Libéraux, puis par la CAQ pour 2027, selon l’échéancier le plus optimiste.

«On aura un pont signature pour les gens de l’île d’Orléans», a lancé le ministre, visiblement satisfait des croquis présentés. Les travaux débuteront du côté de l’île dès 2022.

C’est le groupement Origine Orléans, composé des firmes Stantec et EXP, qui a été retenu pour réaliser les études d’avant-projet du nouveau pont.

Le pont sera érigé 120 mètres à l’ouest de l’actuel pont Taschereau mis en service en 1935. Il sera composé d’une voie automobile dans chaque direction, d’une voie cyclable et d’une voie piétonne. Il y passe environ 11 700 véhicules par jour, et plus de 675 000 touristes visitent l'île chaque année. «Ce sera  une expérience sécuritaire et agréable pour les piétons, les cyclistes et les automobilistes», commente M. Bonnardel.

Le ministre veut profiter des travaux pour repenser les accès sur les deux rives. Il imagine très bien avoir complété au même moment la dernière phase de la promenade Samuel-de-Champlain qui mène à la chute Montmorency. Des consultations publiques permettront aux citoyens de suggérer des aménagements.

Belvédère hommage au pont actuel

La structure à haubans réfère à l’architecture navale des premiers bateaux qui ont découvert l’île, résume le représentant du consortium choisi. Les piles des deux pylônes rappellent la proue des navires tandis que les haubans peuvent s’apparenter à des voiles. 

«Comme un navire immobile au coeur du fleuve», image Martin Thibault, qualifiant l’ouvrage «d’épuré équilibré et élégant, permettant de mettre en valeur le fleuve et l’île».

Facture inconnue

Après moult détails sur la structure, le ministre Bonnardel était moins loquace sur le coût du projet. «Comme tous les grands projets que j’annonce depuis deux ans pour ne pas teinter le processus d’appel d’offres, je ne peux vous donner de montant aujourd’hui.» Il faudra donc attendre.

La construction d’un pont de cette envergure est peu fréquente au Québec. En 2014, le coût était évalué à 400 millions $.

L’actuelle structure sera démolie une fois la nouvelle complétée. M. Bonnardel affirme qu’il n’y aura jamais de rupture du service routier entre l’île et la terre ferme. Le coût de sa démolition n’est pas encore connu.

Vue de nuit d'un hauban
Vue du pont depuis les voies de circulation