La présidente de l’école Muzikâl, Josée Landry-Gagnon, la professeure de danse, Alexandra Lachappelle, et le directeur artistique, Mathiew Marcoux-Tellier, accompagnés de la troupe de la production Chicago

Première école de comédie musicale à Québec

Voilà cinq ans que le projet Muzikâl mijote dans la tête de Josée Landry-Gagnon. Enfin sur pieds, cette nouvelle école, dont l’ouverture est prévue en septembre prochain, se concentrera sur des cours axés entièrement sur la comédie musicale. Il s’agit de la première institution à Québec qui offre une telle formation.

«Ma fille fait de la comédie musicale au primaire, ce qui m’a fait rêver de ce projet-là. La forme actuelle de Muzikâl, c’est un projet qui n’existe pas. Il y a plusieurs écoles primaires et secondaires qui font des comédies musicales, mais qui n’offrent pas la formation en tant que telle dans chacune des disciplines», a expliqué jeudi la présidente de l’école, Mme Landry-Gagnon, lors de la conférence de presse du lancement officiel de Muzikâl. 

L’école aura deux troupes de danse, l’une pour les jeunes artistes âgés de 13 à 17 ans, l’autre pour les adultes. Ils se lanceront dans la création des pièces populaires Cats et Rent. Les auditions pour faire partie de ces troupes commenceront en juin, il est possible de s’y inscrire sur le site Web de l’école.

En plus des deux productions musicales, l’école offrira des cours de chant, de théâtre et de danse individuellement, qui auront tous la comédie musicale comme noyau d’enseignement commun. L’âge minimum pour s’inscrire est de 5 ans et l’école accueillera au minimum quelque 250 élèves. 

Les locaux de Muzikâl seront situés au 830, avenue Ernest-Gagnon. Un investissement de 150 000 $ sera nécessaire pour réaménager l’endroit, avec notamment l’aménagement intérieur selon le design de l’institution et les travaux d’insonorisation. Mme Landry-Gagnon a pu compter sur un appui financier de 50 000 $ de la Ville de Québec, l’école étant lauréate de la 5e cohorte de l’appel à projets Québec, ville entrepreneuriale. 

«Nos troupes auront 222 heures de formation. On touche à toutes les facettes. C’est mon bébé qui est officiellement lancé et on a une équipe compétente... On cherche maintenant les passionnés de comédies musicales», a ajouté la présidente. 

Une classe de maîtres

Mme Landry-Gagnon est aussi allée cogner aux portes d’artistes professionnels, bien actifs dans le métier, afin d’offrir des classes de maîtres à ses futurs élèves. L’aspect pédagogique de l’apprentissage sera donc mélangé à l’expérience professionnelle de terrain. Pour la première année, les personnes inscrites pourront apprendre aux côtés de Philippe Touzel, qui a notamment campé le rôle principal dans la production à succès Footlose. L’artiste se chargera de transmettre les aspects du métier qui ne s’apprennent pas nécessairement sur les bancs d’école. 

«Il y a beaucoup de choses qui s’apprennent sur le terrain. Je vais apporter ce côté-là en partageant des choses que j’ai apprises en participant à de grandes productions, des trucs que j’ai pu corriger moi-même au fil des années dans le métier», explique celui qui a aussi participé à la deuxième saison de l’émission La Voix. 

Ce sera la première fois que M. Touzel sera «prof», et il a bien hâte de vivre l’expérience. 

«J’ai commencé à six ans à faire ça. Alors auprès de jeunes ados, je connais le langage, je peux me mettre à leur place et comprendre leurs ambitions. Souvent, la comédie musicale va avoir des stéréotypes de gros numéros de variété en laissant tomber l’aspect de raconter une histoire. L’important c’est ça, de raconter l’histoire et de créer le lien entre le personnage et le public. C’est ça que je veux apporter aux gens qui vont s’inscrire».