La nouvelle mairesse de Montréal, Valérie Plante, est allée à la rencontre des citoyens.

Premier bain de foule de Valérie Plante

MONTRÉAL - La nouvelle mairesse de Montréal, Valérie Plante, a pris son premier bain de foule, lundi matin, quelques heures seulement après avoir été élue à la tête de la métropole québécoise.

À l'extérieur de la station de métro Square Victoria, elle a serré les mains des usagers du métro qui s'arrêtaient pour la féliciter, lui confier qu'ils avaient voté pour elle.

Un «passant» plus connu que les autres est venu spontanément vers elle: le ministre des Affaires municipales, de la Sécurité publique et responsable de la Métropole, Martin Coiteux, qui a ses bureaux tout près.

Il n'a pas voulu lui faire ombrage en commentant plus avant. «Non, c'est la journée de la nouvelle mairesse, alors je lui laisse sa journée. Nous, on va se rencontrer très bientôt et on va discuter des dossiers de Montréal, des dossiers qui nous sont communs. Et on va travailler ensemble», a-t-il affirmé.

Mme Plante s'est rendue à pied à l'hôtel de ville de Montréal, entourée de ses candidats et de son équipe. Elle s'est brièvement adressée aux médias dans les marches de l'hôtel de ville, alors que les conducteurs de véhicules qui passaient la reconnaissaient et klaxonnaient.

Son premier geste, a-t-elle dit, sera de rencontrer ses partenaires au palier provincial, afin de remplir son engagement d'améliorer la mobilité à Montréal. Cela doit passer par l'achat d'autobus supplémentaires, ce qui nécessitera des rencontres avec la Société de transport de Montréal et le gouvernement du Québec «pour pouvoir acheter ces autobus, qui manquent cruellement dans les rues de Montréal».

Elle a rapporté avoir déjà eu des contacts avec ses partenaires. «Je tiens absolument à bouger rapidement», a-t-elle assuré.

«On sait qu'au fédéral, la fenêtre d'opportunité est telle qu'il faut pouvoir proposer des projets maintenant. Faut pas attendre dans cinq, dans dix ans. L'argent est là pour les dix prochaines années en infrastructures de transport collectif. J'ai hâte d'aller discuter et dire "voilà un projet", dire ce qu'on en pense, comment on peut le financer et à quoi ça peut ressembler», a-t-elle résumé.

La «ligne rose»

Pour ce qui est de son projet de «ligne rose» du métro, soit une ligne supplémentaire à celles qui existent déjà, ses interlocuteurs seront les gouvernements fédéral et provincial. «Encore une fois: la fenêtre d'opportunité est là; il faut la saisir», a-t-elle lancé.

Elle a déjà fait connaître le futur président du comité exécutif: Benoit Dorais, de l'arrondissement du Sud-Ouest, qui a déjà une bonne expérience politique.

Mme Plante a promis un style différent du maire sortant, Denis Coderre. «Ça va être beaucoup d'ouverture, beaucoup de transparence», a-t-elle souligné.

Sur un ton plus léger, elle a constaté que si sa vie professionnelle venait soudainement de changer, il n'en était pas de même pour sa vie personnelle. «Honnêtement, je me suis réveillée et je suis allée faire les toasts des enfants. Je suis allée faire le déjeuner comme d'habitude parce que pour eux, la vie continue. C'est important: je suis une mairesse, évidemment, mais je suis aussi une mère.»