La Ville de Moncton et le CN ont refusé de commenter le dossier.

Poursuite judiciaire de la famille d’un homme percuté par un train

La famille d’un homme qui a péri quand il a été heurté par un train après que son fauteuil roulant soit resté coincé sur une voie ferrée lance de multiples poursuites judiciaires.

La famille allègue qu’en juillet 2016, lorsque Steven Harel a voulu franchir un passage à niveau à Moncton, son fauteuil roulant électrique est resté coincé pendant une longue période sur un rail avant qu’il soit percuté à mort par un convoi du Canadien National (TSX:CN).

Les proches de M. Harel poursuivent la Ville de Moncton, le CN, un fabricant de fauteuils roulants, Invacare Canada, et un fournisseur d’équipements médicaux, Embracor Medical, devant la Cour du Banc de la Reine du Nouveau-Brunswick. Aucune de leurs allégations n’a été prouvée en cour.

La poursuite affirme que les autorités municipales et ferroviaires ont manqué à leur devoir d’inspecter, d’entretenir et de réparer les voies ferrées, les passages à niveau et les rues.

Quant à Invacare Canada et Embracor Medical, la famille leur reproche d’avoir fourni à Steven Harel un équipement qui était déraisonnablement dangereux en raison d’un défaut de fabrication.

La Ville de Moncton et le CN ont refusé de commenter le dossier.