Un chalet de la Coop de la Vallée Bras-du-Nord, dans Portneuf
Un chalet de la Coop de la Vallée Bras-du-Nord, dans Portneuf

Portneuf et Charlevoix ferment la porte aux résidents des zones rouges

Jean-François Néron
Jean-François Néron
Le Soleil
Les mesures mises en place par le gouvernement pour décourager les déplacements interrégionaux non essentiels sont bien accueillies dans Portneuf et Charlevoix. Pour les 28 prochains jours, le message envoyé aux résidents des zones rouges est clair : «Restez chez vous».

Avant même l’annonce de François Legault mercredi, la Coop de la Vallée Bras-du-Nord dans Portneuf avait avisé ses clients en provenance des zones rouges. L’entreprise a décidé d’annuler les réservations des résidents de Québec, Chaudière-Appalaches et Montréal.

«La région de Portneuf est actuellement dissociée de la Capitale-Nationale dans les codes de couleurs. Par respect pour notre communauté, nos propriétaires terriens et pour nos employés, nous demandons à notre clientèle en provenance d'une zone rouge d'annuler leur séjour et leur déplacement pour une activité journalière dans la Vallée Bras-du-Nord (…) Les gens ayant des réservations seront, par ailleurs, contactés dans les plus brefs délais.», écrit la populaire coopérative sur sa page Facebook.

Cette décision survient au moment où 75 % de la population du Québec habiteront une zone rouge au minimum 28 jours à compter de mercredi minuit. Dans la Capitale-Nationale, Charlevoix et Portneuf sont considérés comme des exceptions et évitent le statut de zone rouge.

La publication de la coop suscite des centaines de commentaires. Les avis sont partagés entre «gestion responsable et gestion discutable». La frustration vient aussi possiblement du fait que la fin de semaine s’annonce ensoleillée avec une palette de couleurs à son paroxysme.

«Notre position sera révisée, nous vous l'assurons, si nous passons au même palier que la région de la Capitale-Nationale. Soyons solidaires! Nous aurons d'autres automnes pour admirer les couleurs dans la Vallée Bras-du-Nord», ajoute la direction. 

Le préfet de la MRC de Portneuf et maire de Neuville, Bernard Gaudreau, est en phase avec cette décision, la même prise par le Parc régional de Portneuf. Il est tout aussi conscient que la chasse débute et que les déplacements ne sont pas interdits, quoique déconseillés. 

«J’en appelle à la conscience collective. Le premier ministre a insisté pour limiter tout déplacement. Je compte sur les résidents des zones rouges pour faire preuve d’une extrême prudence s’ils viennent chez nous.»

Les citoyens des zones rouges ne peuvent faire dans une autre zone ce qu’ils ne peuvent faire dans la leur. Par exemple, ils risquent de recevoir une contravention s’ils prennent un repas dans un restaurant d’une zone orange ou jaune. À ce chapitre, M. Gaudreau compte tenir des discussions avec les autorités policières pour «coordonner leur intervention».

Le maire de La Malbaie dans Charlevoix est aussi en accord avec les mesures. Cependant, elles pourraient être lourdes de conséquences dans une région, parmi les plus pauvres au Québec. «Je suis inquiet parce que seulement les gens de la place ne peuvent pas faire vivre certaines institutions comme les restaurants et les hôtels. Il y a encore du monde en octobre.

«C’est un sentiment partagé, poursuit-il. Il y a également un peu de désarroi. Ce qui m’agace, c’est que pendant que le premier ministre parle, il y a une gang de clowns qui veulent manifester contre le port du masque. Nous sommes gâtés, les Québécois. Quand on a un effort à faire, on voit ça comme une atteinte à la liberté», désapprouve-t-il.

En espérant que ces 28 jours de semi-confinement aplanissent la courbe, son espoir est de pouvoir accueillir les touristes pour la saison hivernale. Charlevoix est prisée pour la motoneige et le ski alpin.