Le centre de services scolaire de Portneuf
Le centre de services scolaire de Portneuf

Portneuf: des constats d’infraction de 560$ aux élèves du secondaire qui ne respecteraient pas la distanciation?

Élisabeth Fleury
Élisabeth Fleury
Le Soleil
Des constats d’infraction de 560$ aux élèves du secondaire qui ne respecteraient pas la distanciation? C’est du moins ce que suggère la direction du Centre de services scolaire (CSS) de Portneuf dans une lettre envoyée aux parents mercredi et dont Le Soleil a obtenu copie. Le gouvernement Legault assure toutefois qu’il s’agit d’un «malentendu». En après-midi, jeudi, la direction du CSS de Portneuf envoyait un rectificatif aux parents. 

«Depuis le début de l’année, nous constatons que plusieurs jeunes ont de la difficulté à respecter les règles de distanciation de 2 mètres lorsqu’ils sont à l’extérieur, et ce, malgré les interventions répétées de nos éducateurs. Conséquemment, nous venons d’être avisés par la Sûreté du Québec que les policiers ont reçu le mandat d’émettre des constats d’infraction aux jeunes qui contreviendraient à ces règles. Le montant des amendes s’élève à 560$ pour une première infraction», écrit la directrice du Centre de services scolaire de Portneuf, Marie-Claude Tardif.

«Compte tenu de la gravité des conséquences, nous tenions à vous en informer rapidement, afin de vous permettre d’en discuter avec vos enfants et ainsi, nous aider à éviter que cela ne leur arrive», ajoute Mme Tardif. 

La directrice générale du Centre de services scolaire rappelle que même si le niveau d’alerte sanitaire est actuellement au jaune dans Portneuf, «nous faisons partie d’une des quelques régions administratives pour lesquelles le niveau d’alerte est récemment passé au orange». 

«Ce faisant, nous devons nous attendre à un prochain durcissement des mesures coercitives. Il est plus qu’essentiel que chacun fasse sa part et respecte les mesures exigées par la Santé publique et les autorités en poste», souligne Mme Tardif, tout en remerciant les parents «à nous aider à conscientiser nos jeunes à respecter la distanciation».

Personne au Centre de services scolaire de Portneuf n’avait rappelé Le Soleil au moment d’écrire ces lignes. 

À la Sûreté du Québec, on nous a dit jeudi matin avoir été mis au courant de cette lettre mercredi soir et devoir faire «les vérifications nécessaires» avant de pouvoir faire quelque commentaire.

Selon les explications fournies aux parents par la direction de l’école secondaire de Saint-Marc, c’est le policier éducateur qui aurait demandé aux établissements de «faire parvenir une lettre de sensibilisation aux parents d’élèves du secondaire afin de les informer que prochainement, les élèves ne respectant pas la distanciation sociale sur les terrains des écoles secondaires et dans les parcs publics se verront remettre des constats d’infraction de 560$ pour une première offense».

«À titre de première étape dans la gradation des sanctions, cette lettre constitue donc une demande aux parents d'aider à ce que cela n’arrive pas», résume-t-on.

Le Centre de services scolaire de Portneuf compte trois écoles secondaires sur son territoire, soit Saint-Marc, Donnacona et Louis-Jobin.

La lettre a suscité plusieurs réactions sur les réseaux sociaux, notamment de la part de parents mécontents.

Un «malentendu»

Au cabinet du ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, on indique que «la missive envoyée par le centre de services scolaire visait à rappeler aux parents l’importance de sensibiliser leurs enfants au respect de la distanciation, une mesure importante pour prévenir la propagation du virus dans nos écoles et dans la société en général».

«Il semble toutefois y avoir eu un malentendu au moment d’écrire cette lettre. Nous avons contacté la Directrice générale du centre de services scolaire à cet effet, et celle-ci en convient», nous a écrit jeudi matin l’attaché de presse de presse du ministre Roberge, Francis Bouchard.

M. Bouchard souligne que les policiers de la Sûreté du Québec «mèneront des activités de sensibilisation auprès des jeunes dans les prochaines semaines», et que «la philosophie d’intervention du corps policier en est une avant tout de sensibilisation et de prévention». 

«Ceux-ci ne sont pas à donner des contraventions aux élèves», assure M. Bouchard, qui rappelle par ailleurs que les principales sources de contamination sont les rassemblements privés et les bars, pas les écoles.

En après-midi, jeudi, la direction du Centre de services scolaire de Portneuf a renvoyé un courriel aux parents, où elle admet que le message précédent «n'était pas suffisamment clair et portait à confusion», avant de reprendre presque mot à mot les propos de l’attaché de presse du ministre Roberge.