Au port de Sept-Îles, l'année 2013 a notamment été marquée par la visite du CSB Years, le premier Chinamax à mouiller dans les eaux nord-américaines. L'accueil de ce géant des mers s'est traduit par un chargement historique de plus de 300 000 tonnes de minerai de fer.

Port de Sept-Îles: bilan positif malgré les embûches

La santé des grands joueurs miniers bien en selle n'est pas étrangère à la performance du Port de Sept-Îles, qui est parvenu à maintenir son volume d'activités en 2013, malgré une année houleuse pour l'industrie du fer. Le tonnage manutentionné dans la baie se place au même niveau qu'en 2012, avec quelque 28 millions de tonnes.
En croissance depuis 2009, l'administration portuaire anticipait des activités de 30 millions de tonnes pour l'année qui vient de s'achever. Force est de constater que les 12 derniers mois n'ont pas été aussi prometteurs qu'envisagé, avec notamment le report de plusieurs projets miniers. «Dans le contexte, nous sommes heureux que nos volumes se soient maintenus», s'est réjoui le président-directeur général du Port, Pierre D. Gagnon.
La Compagnie minière IOC(14,6 millions de tonnes) et Labrador Iron Mines (1,7 million de tonnes) ont manutentionné les mêmes tonnages qu'en 2012. Cliffs Natural Resources a enregistré une baisse de 400 000 tonnes à ses installations de Wabush (2,8 millions de tonnes), mais une hausse tout aussi importante à celles du lac Bloom (5,8 millions de tonnes). Tata Steel Minerals Canada a pour sa part expédié ses 240 000 premières tonnes de minerai en 2013.
Investissements records
L'année a aussi été marquée par un record d'investissements de 130 millions $ dans la construction du quai multiusager, qui doit être livré au printemps. «On réalise le plus gros chantier maritime du Canada dans le respect des coûts et des échéanciers», s'est targué le pdg. En période de pointe, quelque 320 travailleurs se sont articulés autour du chantier de 220 millions $. «La priorité de 2014 sera d'ailleurs de livrer cette infrastructure de classe mondiale à la satisfaction des futurs usagers.»
Novembre 2013 a également permis au Port de Sept-Îles d'entrer dans l'histoire avec l'accueil du tout premier minéralier de la génération Chinamax à mouiller en Amérique du Nord. Le monstre des mers est reparti avec à son bord 302 264 tonnes de minerai, extraites de la mine du lac Bloom, un chargement hors du commun. Au dire de la direction, des signes portent à croire que d'autres Chinamax pourraient visiter la baie, tôt en 2014. «C'est une nouvelle ère en matière de transport maritime», a lancé M. Gagnon.
Selon les prévisions des minières, qui occupent à elles seules 90 % des activités portuaires, le Port de Sept-Îles prévoit manutentionner 34 millions de tonnes en 2014. Le Port compte aussi Aluminerie Alouette parmi ses principaux utilisateurs.