Le député Sol Zanetti déplore que le Québec soit laissé «entre les mains d’un État pétrolier», le gouvernement fédéral, pour protéger notre environnement.

Port de Québec: ultimatum pour la CAQ

Sol Zanetti veut une réponse concernant les lois environnementales du port de Québec, alors qu’une décision du gouvernement doit être rendue d’ici dimanche. La ministre Sonia LeBel promet un dénouement avant lundi.

«Certains projets d’agrandissement sur des terrains fédéraux ne sont pas obligés de se soumettre aux lois environnementales du Québec. Le Québec est laissé entre les mains d’un État pétrolier, on lui laisse le soin de protéger notre environnement. C’est une technique que je pense être dangereuse et imprudente», soulève le député de Jean-Lesage.

La semaine dernière, M. Zanetti avait confronté la ministre de la Justice sur le sujet, il n’avait entendu aucune mention de l’enjeu depuis plusieurs semaines. Le gouvernement a jusqu’au 24 novembre pour porter devant la Cour suprême du Canada le litige concernant les lois environnementales qui ne s’appliqueraient pas au Port de Québec.

Alors qu’il voulait savoir si la ministre allait agir dans le dossier, Mme LeBel n’a pas donné de réponse claire. Le solidaire avait alors décrit le nationalisme de la CAQ comme un «nationalisme de guenille».

«Ils disent vouloir protéger les intérêts du Québec. Ils ne daignent même pas défendre nos lois actuelles. Ils vont dans la direction opposée de ce qu’ils avaient promis. J’ai compris que l’enjeu n’était pas sur leur radar», a-t-il indiqué. 

Si la Cour suprême venait à confirmer que, effectivement, certaines lois ne s’appliqueraient pas sur quelques terrains fédéraux, Québec solidaire croit que l’ampleur des conséquences pourrait s’avérer importante. Les aéroports seraient aussi notamment impliqués. 

«Il faut essayer de revendiquer la décision, il ne faut pas perdre un pouce de liberté, même dans un contexte où on n’en a pas beaucoup.»

Du côté du cabinet de Mme LeBel, le gouvernement aurait jusqu’à lundi pour rendre une décision. Aucune entrevue n’a été accordée sur le sujet, mais on assure que la ministre rendra publiques ses intentions d’ici la date limite.

Le gouvernement décidera donc d’aller en appel ou non, un enjeu «blanc ou noir». 

«Paradoxe»

M. Zanetti se permet d’illustrer un «paradoxe» dans les décisions du gouvernement. 

«Il revendique le droit du cannabis, il trouve ça important, c’est si grave que les jeunes de 18 à 21 ans en consomment. Ils contredisent les règles pour ça. Quand arrive le temps de protéger l’environnement, ils ne font rien. Ça illustre bien leurs priorités.» 

À LIRE AUSSI: Pas d’autorisation environnementale à demander à la province