La structure prendra pied au bout de la rue Monseigneur-Plessis, au nord, pour aboutir dans le parc du quartier Saint-Sauveur, sur l'autre rive.

Pont piétonnier sur la Saint-Charles: la facture pourrait atteindre 2,5 millions $

Le nouveau pont pour piétons et cyclistes qui enjambera la rivière Saint-Charles, dans le secteur du parc Victoria, pourrait coûter jusqu'à 2,5 millions $, selon la dernière évaluation de la Ville de Québec.
On apprenait, mercredi, que le projet de passerelle entre les deux rives entame la dernière étape avant sa réalisation. La structure prendra pied au bout de la rue Monseigneur-Plessis, au nord, pour aboutir dans le parc du quartier Saint-Sauveur, sur l'autre rive.
La Ville pensait pouvoir s'en tirer avec une facture d'environ 1,5 million $. «Le projet continue à se peaufiner, et on a déjà dépassé le 2 millions $», explique Chantal Gilbert, conseillère municipale du district de Saint-Roch-Saint-Sauveur. Les estimations des différents concepts encore à l'étude grimpent jusqu'à 2,5 millions $. «Une fois que ça va aller en appel d'offres, c'est juste ce jour-là qu'on va savoir exactement le prix exact qu'il va nous coûter. On est toujours dans les marges qui sont approximatives tant qu'on n'a pas été en appel d'offres.»
Mme Gilbert assure cependant que la Ville a opté pour le tracé de pont qui sera le moins dispendieux, qui permettra de limiter l'ampleur du chantier. Quatre lieux ont été évalués, tous situés entre le pont Marie-de-l'Incarnation et l'autoroute Laurentienne, dit-elle. «Quand ces quatre alternatives ont été analysées, [...] celle qui est la plus réalisable et au moindre coût, c'est celle qui arrive à Monseigneur-Plessis.»
«Ça a été fait avec beaucoup de rigueur. Lorsqu'on arrive avec cette proposition-là, ce n'est pas parce qu'on veut mécontenter les gens, au contraire. C'est parce qu'on arrive avec LA solution réalisable.»
Consultation «pas utile»
La conseillère regrette les critiques exprimées par le Comité des citoyens et citoyennes du quartier Saint-Sauveur dans Le Soleil de mercredi. Le groupe aurait préféré que le pont soit construit vis-à-vis une rue, pas au milieu du parc Victoria, afin de faciliter l'accès. On aurait aussi voulu que la Ville organise une consultation publique.
«Une consultation publique dans ce cas-là, ça n'aurait pas été utile», évalue Chantal Gilbert. «On ne peut pas faire une consultation publique et faire accroire aux citoyens qu'on va le faire n'importe où et où ils veulent. Je trouve que ça aurait été un peu mentir au monde.»
«Il faut dire qu'un pont comme ça, ce n'est pas un projet de quartier, ce n'est pas un projet d'arrondissement, c'est vraiment un projet de ville», ajoute-t-elle. «Ce pont-là, ce n'est pas pour satisfaire les gens de Saint-Sauveur uniquement, c'est pour répondre aux besoins tant des gens de Des Rivières que des gens de Saint-Roch. C'est pour les besoins de tout le monde.»
«Ce serait utopique de penser que 100 % des gens vont être contents. Mais ce qui est sûr, c'est que c'était le projet qui était analysé qui avait le plus d'atouts. Et, honnêtement, quasiment le seul réalisable.»
Pour y voir plus clair, il faudra vous rendre au Club social Victoria, 170, rue du Cardinal-Maurice-Roy, le 31 mars, à 19h. Ingénieurs et fonctionnaires municipaux seront sur place pour expliquer le choix de l'emplacement du futur pont et présenter quelques esquisses.