Joël Lighbound et Jean-Yves Duclos
Joël Lighbound et Jean-Yves Duclos

Pont de Québec: une promesse difficile à tenir, disent les députés libéraux

Annie Mathieu
Annie Mathieu
Le Soleil
Les députés libéraux fédéraux de la région de Québec, Joël Lightbound et Jean-Yves Duclos, refusent de s’engager à régler le dossier du pont de Québec avant la fin de leur mandat en 2019. Mais ils confirment qu’Ottawa a des discussions «sérieuses et intenses» avec le CN.

Alors qu’ils en faisaient une promesse phare leur de la campagne électorale de 2015, ils ont reconnu vendredi du bout des lèvres qu’elle était plus difficile à réaliser que prévu.

«Ce qu’on a convenu de faire c’est de travailler sur une solution à long terme qui demande un travail plus sérieux qu’une solution à court terme», a expliqué le député de Québec et ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social, M. Duclos. Il avait convoqué les médias vendredi avec son collègue de Louis-Hébert, Joël Lightbound, pour dresser le bilan de mi-mandat des libéraux dans la région.

Les deux élus n’ont pas voulu dire si cette solution était la cession de l’infrastructure au fédéral, avançant plutôt qu’il y avait plusieurs scénarios sur la table dont certains étaient davantage discutés que d’autres. Néanmoins, ils ont convenu que cette solution nécessitera «probablement» un engagement financier supérieur à 75 millions $ de la part d’Ottawa.

Questionnés à plusieurs reprises à savoir s’ils croyaient que les pourparlers entre le gouvernement fédéral et le CN aboutiraient d’ici la prochaine échéance électorale, les députés ont été prudents. «On travaille très fort pour le faire le plus rapidement possible. Nous sommes tous motivés par les mêmes défis, a répondu M. Duclos. On est des élus qui souhaitent être à la hauteur des attentes de nos concitoyens», a-t-il ajouté. Joël Lightbound a de son côté plaidé que le travail avait progressé davantage en deux ans qu’après dix ans d’«inertie» sous l’ère Harper.

Classe moyenne et infrastructures

Si les libéraux n’ont pas voulu s’avancer sur l’argent qu’ils seraient prêts à investir pour repeindre et remettre en valeur le pont de Québec, ils ne se sont pas fait prier pour dévoiler les sommes injectées dans les infrastructures de la région par leur gouvernement. Les projets comme celui de l’anneau de glace, le complexe aquatique de Lévis, le futur YMCA en basse-ville ou encore les transports en commun ont bénéficié d’un total de 600 millions $ depuis deux ans, a avancé M. Duclos.

Joël Lightbound a de son côté vanté les bienfaits de la nouvelle allocation canadienne pour enfants, qui a contribué à faire diminuer la pauvreté infantile et soutenu que dans la Capitale-Nationale, 100 000 familles bénéficiaient désormais de 2300 $ de plus dans leurs poches. «L’objectif était de donner plus d’air et d’opportunités à la classe moyenne et de stimuler la croissance», a-t-il fait valoir.