M. Labeaume et le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, ont écrit au milliardaire américain et fondateur de Microsoft, Bill Gates, actionnaire du CN.

Pont de Québec: Québec et Lévis achètent des actions du CN

Les Villes de Québec et de Lévis deviennent actionnaires du Canadien National (CN). Les maires Régis Labeaume et Gilles Lehouillier ont fait voter lundi soir des résolutions pour l'achat de respectivement 5000 $ et 2500 $ d'actions. L'objectif: aller prendre la parole à la prochaine assemblée annuelle de la compagnie ferroviaire pour lui demander de repeindre le pont de Québec.
«Je vais me présenter à l'assemblée annuelle du CN avec le maire de Lévis. En plus de voter, nous avons l'intention d'intervenir lors de l'assemblée et de rappeler à la direction ses obligations par rapport au pont de Québec», a dit M. Labeaume en point de presse avant le conseil municipal de lundi. «Ça nous permettra de sensibiliser les autres actionnaires. Et sensibiliser les Québécois et les Canadiens parce que c'est une assemblée très courue par tous les médias économiques du pays et d'ailleurs en plus.»
Les actions seront achetées mardi matin et valent ces jours-ci environ «82 $ ou 85 $». La Ville de Québec les revendra après l'assemblée annuelle.
L'an dernier, la rencontre avec les actionnaires s'est tenue à Vancouver le 23 avril.
M. Labeaume a aussi annoncé qu'il sera en mesure d'annoncer sous peu l'appui d'un important fonds d'investissement. «On vous informera probablement cette semaine. On va voir si le fonds nous permet de rendre cet appui public», a dit M. Labeaume.
Pour le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, les deux Villes doivent absolument saisir cette occasion. «Notre préoccupation, c'est de dire: "Si on continue à laisser à l'abandon le pont de Québec, que va-t-il arriver dans 25-30 ans?"»
Pour une compagnie qui réalise des profits de 2,6 milliards $, il doit être possible de verser 10 ou 12 millions $ par année pendant quatre ou cinq ans, lance le maire Lehouillier. «C'est ça qu'on va aller dire aux actionnaires.» Il souhaite leur faire comprendre que l'investissement dans la structure contribuera au rendement de la compagnie. «Elle a intérêt à investir dans ses infrastructures.»
Et comme la valeur des actions du CN a augmenté de 192 % au cours des cinq dernières années, souligne-t-il, c'est «une valeur sûre» pour la Ville.
Nouveau chapitre
Cette annonce de l'achat d'actions est un nouveau chapitre dans la stratégie publique des maires Labeaume et Lehouillier pour inciter le CN à repeindre le pont centenaire en mauvais état.
À la mi-novembre, ils ont écrit au milliardaire Bill Gates, fondateur de Microsoft et actionnaire du CN. La lettre est depuis restée sans réponse.
Les deux maires ont aussi appuyé l'initiative citoyenne Paint your bridge Bill, avec t-shirt, brunch et «photo de famille» devant le pont en novembre. M. Labeaume a aussi dit vouloir rencontrer le président de la Caisse de dépôt et placement du Québec, Michael Sabia.
Enfin, principal coup d'éclat pour inciter le CN à prendre soin de son pont: l'annonce, fin novembre, de l'implication de tous les ordres de gouvernement prêts à investir 100 millions $, soit la moitié des 200 millions $ requis pour repeindre l'infrastructure.
En vertu de cette entente, Ottawa a mis 75 millions $ sur la table et Québec, 23,5 millions $. La Ville de Québec avance 1 million $ et Lévis, 500 000 $, pour participer à l'effort et demander au CN de doubler la mise.
«Vaudeville», dit Shoiry
L'opposition à l'hôtel de ville de Québec a voté contre la résolution, qui ira de l'avant même sans cet appui.
«Je trouve que c'est du vaudeville et du spectacle», a commenté le chef de l'opposition Paul Shoiry. «Le CN connaît très bien la position de la Ville de Québec. La Ville n'a pas à acheter des actions d'une compagnie. Elle a tous les pouvoirs et tous les moyens pour s'exprimer et faire valoir son point de vue.»