Régis Labeaume

Pont de Québec: Labeaume au courant de l'étude, soutient le CN

Le maire Régis Labeaume a été avisé que le CN réalisait une étude sur les coûts de peinture du pont de Québec avant la publication des résultats, soutient maintenant l'entreprise ferroviaire.
C'est au tour du cabinet de nier avec véhémence. Les maires de Québec et de Lévis se sont offusqués cette semaine de la diffusion d'estimations commandées par le CN, car ils souhaitaient faire le travail conjointement avec le propriétaire du pont.
Le CN s'est défendu d'avoir été sollicité et d'avoir caché l'existence de l'étude, mais sans aller jusqu'à dire qu'il en avait parlé. Or voilà que vendredi, le CN a confirmé une information en circulation voulant que le vice-président aux affaires juridiques, Olivier Chouc, ait ouvert son jeu lors de la rencontre du 12 mars avec Louis Côté, chef de cabinet du maire.
«Il l'a avisé que les conclusions préliminaires suggéraient que les coûts de peinture pourraient être deux fois plus élevés que ce qu'avait estimé le CN», a-t-on confirmé au Soleil en fin de journée.
Le cabinet du maire nie
Interrogé sur cette possibilité, l'attaché de presse du maire Labeaume a nié catégoriquement.
«M. Chouc a fait allusion à un pont en Écosse, où les frais étaient très élevés. Il n'a jamais parlé d'une étude commandée à Roche», a insisté Paul-Christian Nolin.
«S'il nous avait dit que l'étude concluait à 500 millions $, on aurait réagi avant», a-t-il ajouté, encore plus offusqué qu'avant.
«Si c'était si clair, on aurait compris.»