La ministre des Relations internationales Christine St-Pierre

Voyages en France: Christine St-Pierre s'excuse à Lisée

La ministre Christine St-Pierre se rétracte, s'excuse auprès de Jean-François Lisée et lui remettra sans en prendre connaissance les résultats de la vérification menée à son endroit. Satisfait, le péquiste passe l'éponge et remise l'idée de porter l'affaire devant les tribunaux.
À la sortie du Conseil des ministres, mercredi, la titulaire des Relations internationales a offert une reddition complète devant les menaces d'une poursuite en diffamation de M. Lisée.
«Mes déclarations ont pu être interprétées comme mettant en cause l'intégrité de M. Lisée, a déclaré la ministre. Je tiens à les retirer. Je comprends que cela a pu blesser sa famille et je tiens à m'en excuser.»
Mme St-Pierre avait laissé entendre que, lorsqu'il occupait son poste, M. Lisée a multiplié les missions à Paris dans le but d'y visiter sa conjointe et leurs enfants.
Mardi, le député péquiste de Rosemont, accompagné de sa conjointe, avait exigé une rétractation et des excuses, faute de quoi, il défiait la ministre d'assumer elle-même les frais de la poursuite judiciaire qui suivrait. «Ce sera mon combat», a promis M. Lisée. Il déplorait l'absence de preuve dans les insinuations de la ministre. Le Parti québécois a supposé que la manoeuvre visait à dévier l'attention médiatique de l'affaire Bolduc.
Mercredi, après discussion avec la ministre, M. Lisée a accepté ses excuses et assuré que le dossier était clos.
Interrogations «politiques»
La ministre St-Pierre a affirmé qu'à la suite de l'étude des crédits de son ministère, des interrogations «politiques» ont été soulevées concernant les déplacements à l'étranger de son prédécesseur. Une vérification sera effectuée par le ministère des Relations internationales et «le dossier sera transmis à M. Lisée une fois l'examen fait».
«Je ne prendrai pas connaissance du dossier, a assuré Mme St-Pierre. Il sera entre ses mains et il en fera ce qu'il veut.»
La ministre jure qu'il n'était pas «dans son intention» de blesser M. Lisée et sa famille, pas plus que de remettre en cause son intégrité.
La veille, en fin d'après-midi, Mme St-Pierre publiait un communiqué pour affirmer qu'elle avait agi en ministre «responsable, rigoureuse et transparente» dans le dossier. Mercredi, elle a assuré que ses excuses et sa rétractation n'étaient pas une commande du premier ministre lui-même. «Non, a-t-elle déclaré. J'ai constaté que M. Lisée et son épouse ont été blessés. Quand un membre de notre famille est blessé, ça nous fait mal. Alors je peux le comprendre. Mon questionnement était d'ordre politique.»