Le premier ministre Philippe Couillard répond aux questions de l'opposition, mardi.

Vol de documents: Couillard défend un autre transfuge caquiste

Philippe Couillard s'est porté à la défense d'un autre transfuge caquiste soupçonné de vol de documents dans une affaire où les libéraux peinent à accorder leurs versions des faits.
Un huissier a frappé au bureau du premier ministre mercredi matin avec en main deux mises en demeure expédiées par la Coalition avenir Québec (CAQ). L'une à l'intention de Yan Plante, ex-directeur de cabinet adjoint de François Legault, aujourd'hui employé par le premier ministre. L'autre à Jean-Louis Dufresne, chef de cabinet de Philippe Couillard.
Après vérification, la CAQ dit avoir constaté que, comme dans le cas déjà rendu public d'un autre transfuge caquiste, M. Plante s'est copié des «documents internes de nature hautement stratégique» avant de retourner sa veste.
Mercredi matin, le premier ministre a défendu son directeur des enjeux spéciaux et des stratégies, embauché le 15 août.
«Toutes les vérifications ont été faites, a assuré le premier ministre. On n'a aucun besoin de savoir quoi que ce soit autour de la CAQ. M. Plante ne discute pas avec nous des affaires internes de la CAQ. Et on est content qu'il soit avec nous.»
Selon lui, le chef caquiste François Legault fait un «spectacle de diversion» parce qu'il refuse de s'interroger sur la raison des départs de la CAQ. «Je vais lui suggérer une réponse : parce que les gens qui croient à la fois au Québec et au Canada ne se sentent pas chez eux à la CAQ, ne sont pas bienvenus à la CAQ et c'est ce qui est en train de se produire, a affirmé M. Couillard. [...] C'est la réponse qu'on entend quand les gens nous appellent de la CAQ.»
Lettre promise, lettre non déposée
En début de journée, le cabinet du premier ministre a soutenu qu'une lettre de M. Plante datée du 9 septembre assurant que les documents étaient détruits serait déposée en Chambre. Il n'en fut rien. Après la période des questions, le leader parlementaire Jean-Marc Fournier n'était pas en mesure de confirmer l'existence de la lettre. Il ne pouvait détailler non plus les vérifications faites auprès de M. Plante. «Ce que je peux vous confirmer, c'est qu'on ne nous a transmis aucun document interne de la CAQ», a affirmé M. Fournier.
La CAQ assure avoir retrouvé plusieurs courriels que M. Plante s'est envoyés à son adresse personnelle peu avant et même après sa démission. Parmi les «nombreux» documents, plusieurs touchent à «la planification parlementaire et électorale», a affirmé le député caquiste Simon Jolin-Barrette.
«Tout indique que M. Plante a violé ses obligations de confidentialité et de loyauté envers la CAQ, a affirmé le député. Est-ce que ces documents sont dans les mains du PLQ? Nous voulons nous assurer qu'ils n'ont pas été partagés.»
Le chef de cabinet de M.Couillard, M. Dufresne, a reçu une mise en demeure car la CAQ considère qu'il est de son «devoir de procéder sans délai à toutes les vérifications».
«Le premier ministre, après avoir cautionné le mensonge de Jacques Daoust, cautionne maintenant le vol de Yan Plante en le gardant à son emploi», a lancé M. Jolin-Barrette en Chambre.
Il y a deux semaines, après l'avoir défendu, M. Couillard et la ministre Dominique Anglade ont dû mettre un terme à l'embauche du directeur adjoint de la recherche à la CAQ, Frédéric Schautaud, pour des raisons similaires.