Durant la course à l’investiture, Jean-Martin Aussant avait reçu l’appui de plusieurs membres éminents du Parti québécois, dont la députée sortante de Pointe-aux-Trembles, Nicole Léger.

Victoire écrasante d’Aussant dans Pointe-aux-Trembles

L’ex-député Jean-Martin Aussant a été élu dimanche par les militants péquistes de Pointe-aux-Trembles pour représenter leur parti dans ce château fort péquiste qui est maintenant convoité par la Coalition avenir Québec en vue des élections générales d’octobre prochain.

Jean-Martin Aussant, qui avait claqué la porte du Parti québécois en 2011, a été accueilli à bras ouverts par sa première famille politique: il a reçu plus de 64% des votes parmi les centaines de militants de la circonscription montréalaise.

Son opposant, Maxime Laporte, qui a récolté 36% du vote, s’est rapidement rallié et a assuré aux journalistes que lui et le candidat «travailleront ensemble».

M. Laporte, le jeune président de la Société Saint-Jean-Baptiste, était le premier à se présenter à l’investiture péquiste. Jean-Martin Aussant, qui a annoncé en grande pompe son retour au PQ dans les semaines suivantes, avait aussi choisi de se présenter dans cette circonscription, qui est péquiste depuis sa création en 1988.

Dans cette course à l’investiture, M. Aussant semblait avoir le soutien de l’establishment du parti. Sa candidature a été appuyée par plusieurs membres éminents du parti, dont la députée sortante de la circonscription, Nicole Léger, et la vice-chef Véronique Hivon. M. Aussant était aussi dans la garde rapprochée du chef, Jean-François Lisée, qui l’a nommé conseiller spécial en février.

Interrogé sur l’importance de ces appuis dans l’élection, M. Aussant a reconnu que le soutien de Mme Léger l’avait beaucoup aidé.

«Ce sont les membres qui ont fait le choix», a nuancé la députée, qui s’est dite «tellement contente».

M. Laporte, qui avait été appuyé par l’ex-premier ministre Bernard Landry et le député bloquiste Mario Beaulieu, a affirmé qu’il n’avait pas pris comme un «rejet» la préférence de plusieurs députés péquistes.

«Ça fait partie de la joute, c’est ça la démocratie. Je l’accepte très bien», a-t-il déclaré en entrevue, tout sourire.

M. Laporte n’a pas exclu de se présenter dans une autre circonscription. Il est encore «trop tôt» pour le dire, a-t-il indiqué.

Aussant demeure confiant

Le nouveau candidat péquiste a assuré qu’il n’était pas intimidé par son adversaire de la Coalition avenir Québec (CAQ), Chantal Rouleau, qui est en ce moment mairesse de ce secteur.

La CAQ n’a pour l’instant aucun député sur l’île de Montréal, et elle semble vouloir y arriver en passant par Pointe-aux-Trembles. Mme Rouleau, qui était dans l’équipe de l’ex-maire Denis Coderre, a résisté à la vague en faveur de Projet Montréal, le parti de la mairesse Valérie Plante.

«Le porte-à-porte commence demain dans mon cas, en allant voir les gens, on va les convaincre que c’est encore au Parti québécois qu’ils doivent donner leur confiance», a déclaré M. Aussant, qui compte faire campagne notamment sur la souveraineté.

«Il n’y a aucune campagne électorale qui peut être tenue pour acquise. On va travailler aussi fort qu’on a toujours travaillé au Parti québécois ici, dans Montréal-Est et Pointe-aux-Trembles.»

Jean-Martin Aussant a fait sa campagne à l’investiture en faisant valoir son expérience et en disant aux militants qu’il était le mieux placé pour «bloquer la route» à la CAQ.

Ce dernier argument a plusieurs fois été répété aux militants par le clan de M. Aussant, avant le vote.

Une chaude lutte prévue

Selon les projections électorales de Qc125, qui sont réalisées par Philippe J. Fournier pour L’Actualité, l’élection dans la circonscription de Pointe-aux-Trembles s’annonce très serrée, et la Coalition avenir Québec serait en avance.

Selon ces données, le PQ a 43% de chances de l’emporter dans Pointe-aux-Trembles. La CAQ aurait 57% de chances de victoire.

Aux élections de 2014, Nicole Léger avait remporté l’élection avec plus de 43% des voix, contre son rival caquiste Mathieu Binette, qui avait récolté un peu plus de 24% du vote.

Nicole Léger a été la députée de Pointe-aux-Trembles de 1998 à 2006, puis de 2008 à aujourd’hui. Elle a annoncé en janvier qu’elle ne briguerait pas un sixième mandat.

+

AUSSANT EN BREF

- Âgé de 47 ans, il est économiste de formation;

- Il a été élu sous la bannière du Parti québécois en 2008 dans la circonscription de Nicolet-Yamaska, dans le Centre-du-Québec (maintenant Nicolet-Béancour);

- M. Aussant a démissionné en 2011, critiquant le PQ quant à son approche sur la souveraineté;

- Il avait fondé ensuite le parti Option nationale, qui a depuis fusionné avec Québec solidaire;

- Avant son retour au PQ, il était directeur du Chantier de l’économie sociale.