Maxime Bernier, Andrew Scheer et Steven Blaney

Une course à 13 candidats

1er de 2 / Qui sont les 13 candidats qui se bousculent au portillon pour succéder à Stephen Harper à la tête du Parti conservateur du Canada (PPC)? À la veille du débat francophone qui se tiendra à Québec, Le Soleil vous présente aujourd'hui et demain un bref portrait des 11 hommes et deux femmes qui se croient capables de déloger le premier ministre Justin Trudeau en 2019. Et puisque l'événement aura lieu dans la capitale nationale, l'occasion était trop belle pour ne pas leur poser des questions en français sur la Belle Province. Voici leurs réponses.
Maxime Bernier
Maxime Bernier
53 ans  |  Député de Beauce (Québec) depuis 2006, ex-ministre des Affaires étrangères et ex-ministre d'État à la Petite Entreprise et au Tourisme
Q Pourquoi voulez-vous être à la tête du Parti conservateur du Canada (PPC)?
R Pour avoir un pays plus libre et plus prospère, pour avoir un gouvernement à Ottawa qui respecte la Constitution canadienne, pour avoir un gouvernement qui va pouvoir baisser les taxes et les impôts de tous les Canadiens et qui va redonner l'argent dans les poches des Canadiens et qui va faire en sorte qu'on ait plus de prospérité parce qu'avec plus de liberté, on a plus de prospérité.
Q Si vous êtes élu chef, quelle serait votre priorité pour le Québec?
R Sachant que les Québécois sont les Nord-Américains qui payent le plus d'impôt sur le revenu, la première priorité, c'est de baisser les taxes et les impôts de l'ensemble des Québécois. Et de laisser le gouvernement québécois libre de ce qu'il veut faire en santé parce que c'est 100 % sa juridiction donc arrêter d'interférer dans le domaine de la santé et de transférer des points d'impôt au Québec [...] de cette façon le gouvernement du Québec comme le gouvernement des autres provinces va être à même de lever les taxes pour ses propres responsabilités et être responsable devant leurs populations pour les services de santé.
Q Quel Québécois vous inspire le plus?
R Wilfrid Laurier parce que le Canada qu'il voulait, c'est le Canada que je vois actuellement malgré le fait que c'est un politicien libéral, c'est un politicien qui était ouvert au libre-échange déjà à son époque, qui était ouvert à un gouvernement qui respecte la Constitution et c'est un homme qui a joué un grand rôle dans la formation du Canada. 
Q Que représente pour vous la ville de Québec?
R Ça représente l'origine du Canada français. Pour moi, le pays a été fondé au Québec, à Québec. Et aussi, comme vous le savez, le Vieux-Québec est un trésor qui est reconnu par l'UNESCO.
Steven Blaney
51 ans  |  Député de Bellechasse-Les Etchemins-Lévis (Québec) depuis 2006, ex-ministre de la Sécurité publique, de la Francophonie et des Anciens Combattants
Steven Blaney
Q Pourquoi voulez-vous être à la tête du Parti conservateur du Canada (PPC)?
R Le Québec apporte beaucoup au Canada et comme Québécois, je peux apporter au Canada. La prospérité du Canada, notre économie repose sur notre capacité de vivre ensemble. Et il est important pour moi dans cette course à la chefferie d'aborder non seulement l'économie mais des enjeux comme l'identité canadienne, l'immigration sécuritaire, la sécurité et la lutte contre le terrorisme.
Q Si vous êtes élu chef, quelle serait votre priorité pour le Québec? 
R Prospérité et de respecter et reconnaître les champs de compétence du Québec et continuer de ne pas étouffer le Québec comme le fait le gouvernement libéral présentement en le menaçant de couper les transferts en matière de santé, d'éducation et de services sociaux mais bien de traiter le Québec comme un partenaire à part entière dans la fédération. 
Q Quel Québécois vous inspire le plus?
R Daniel Jonhson père, quelqu'un d'un peu plus méconnu de la jeune génération. J'ai beaucoup aimé l'affirmation nationale de Daniel Johnson père.  
Q Que représente pour vous la ville de Québec?
R Le coeur de l'Amérique française et la plus belle ville en Amérique du Nord.
Andrew Scheer
38 ans  |  Député de Regina-Qu'Appelle (Saskatchewan) depuis 2004, ancien président de la Chambre des communes
Andrew Scheer
Q Pourquoi voulez-vous être à la tête du Parti conservateur du Canada (PPC)?
R Je pense que la chose la plus importante est d'avoir un chef avec un message positif. Ça, c'est la chose qui a manqué pendant la dernière élection. Et un chef qui peut trouver des enjeux qui peuvent créer l'unité au sein du caucus. Il y a beaucoup de candidats qui parlent des enjeux qui divisent et pour moi, être chef et introduire des programmes et des enjeux qui divisent pour notre parti n'a pas de bon sens. Je pense que j'ai un mélange de caractéristiques : je suis de l'Ouest, mais je parle français, je suis né à Ottawa. Mais aussi mes expériences à la Chambre des communes, même si je suis le plus jeune candidat, j'ai beaucoup d'expérience à la Chambre.  
Q Si vous êtes élu chef, quelle serait votre priorité pour le Québec? 
R Je pense que c'est la même chose que pour tous les Canadiens : la prospérité, l'opportunité pour les familles d'avoir plus dans leurs poches à la fin du mois, créer des emplois. Mais je sais très bien qu'un gouvernement qui respecte les compétences provinciales - maintenant, nous avons un premier ministre qui impose les solutions sur les provinces avec aucune considération, aucune réunion, ça, ce n'est pas bon pour la Confédération, ce n'est pas bon pour les provinces de l'Ouest, mais ce n'est pas bon et tellement pas bon pour une province comme Québec. 
Q Quel Québécois vous inspire le plus? 
R Quand j'étais jeune, j'étais un grand fan de Mario Lemieux. Il n'a pas joué pour une équipe canadienne, mais après sa carrière, il a beaucoup fait pour Team Canada.
Q Que représente pour vous la ville de Québec? 
R L'histoire, premièrement. Je reste à un hôtel très, très proche du site historique des plaines d'Abraham. Ça, c'est l'endroit où le Canada a vraiment commencé. L'histoire, la culture, une liaison avec une culture européenne plus importante que les autres endroits au Canada, mais avec une culture canadienne distincte aussi.
Michael Chong
44 ans  |  Député de Wellington-Halton Hills (Ontario) depuis 2004, ex-ministre des Affaires intergouvernementales
Michael Chong
Q Pourquoi voulez-vous être à la tête du Parti conservateur du Canada (PPC)?
R Parce que je crois dans le Canada. Je suis un fils d'immigrants, mon père était immigrant chinois et ma mère était européenne des Pays-Bas. Je pense que le Canada est le meilleur pays du monde, je suis député à cause de ce pays et je vais donner ma vie, mes idées au Canada pour améliorer notre société canadienne. 
Q Si vous êtes élu chef, quelle serait votre priorité pour le Québec?
R Je pense que l'on doit défendre les droits et les valeurs des francophones au Québec et partout dans le Canada. On a un grand défi au Canada avec le fait français à cause de la démographie de l'immigration et la croissance de notre population. 
Q Quel Québécois vous inspire le plus? 
R J'admire beaucoup Jean Chrétien à cause qu'il est un «p'tit gars de Shawinigan» qui a commencé comme député à Ottawa dans les années 60 comme unilingue francophone mais comme député, il a amélioré son anglais et maintenant, à mon avis, il est un communicateur des plus efficaces dans les deux langues officielles. 
Q Que représente pour vous la ville de Québec? 
R C'est le coeur du Canada. La ville de Québec, c'est où le Canada a commencé il y a plus de 400 ans. C'est aussi la ville où le Canada anglais et le Canada français ont travaillé ensemble après la Conquête pour créer une société qui respecte le fait français dans le nord du continent.
Erin O'Toole
43 ans  |  Député de Durham (Ontario) depuis 2012, ex-ministre des Anciens Combattants
Erin O'Toole
Q Pourquoi voulez-vous être à la tête du Parti conservateur du Canada (PPC)?
R Je suis candidat à la chefferie pour l'avenir de mon parti. Je pense que l'on peut ravoir la confiance des Canadiens et des Canadiennes et l'on doit faire ça avant la prochaine élection et je crois que je suis le seul candidat avec l'expérience nécessaire : dans l'armée, dans le secteur privé et aussi comme membre du cabinet. 
Q Si vous êtes élu chef, quelle serait votre priorité pour le Québec? 
R La priorité la plus importante est les emplois, à Montréal, à Québec et dans les régions. Et comme l'Alberta et les autres provinces il y a une crise d'emplois et le gouvernement Trudeau aggrave la situation en augmentant les impôts sur les contribuables, sur les entreprises. 
Q Quel Québécois vous inspire le plus? 
R J'ai beaucoup de respect pour Jean Charest et particulièrement quand il était le chef de l'ancien Parti conservateur progressiste avec juste deux sièges dans la Chambre des communes. Il a travaillé très fort et après ça, il est devenu premier ministre du Québec. J'ai beaucoup de respect pour son attitude. 
Q Que représente pour vous la ville de Québec? 
R Quand j'avais 12 ans, j'ai visité la ville de Québec avec mon école et j'ai rencontré beaucoup d'autres jeunes. C'était une expérience formidable pour moi. J'ai appris la culture, la langue, les droits civils, les choses uniques au Québec.
Lisa Raitt
48 ans  |  Députée de Milton (Ontario) depuis 2008. Ancienne ministre des Transports, du Travail et des Ressources naturelles
Lisa Raitt
Q Pourquoi voulez-vous être à la tête du Parti conservateur du Canada (PPC)?
R J'ai beaucoup d'expérience comme leader et j'ai dû prendre des décisions difficiles dans des moments difficiles dans la vie. Je suis sensible aux préoccupations des gens. Et comme ministre, j'ai beaucoup travaillé et je pense que je suis parfaite pour devenir chef. 
Q Si vous êtes élue chef, quelle serait votre priorité pour le Québec?
R Pour moi, c'est très simple : Justin Trudeau et le gouvernement libéral fait payer trop d'impôt et il y a trop de gouvernement. Quand nous allons gagner ensemble en 2019, nous allons équilibrer le budget, abolir la taxe libérale sur le carbone et c'est très, très important pour moi. Je pense que nous devons aider les Canadiens à épargner, ça c'est le plus important.  
Q Quel Québécois vous inspire le plus? 
R Brian Mulroney. C'est un politicien qui était tout le temps élégant, qui avait beaucoup de compassion mais qui était très intelligent et un leader fort. 
Q Que représente pour vous la ville de Québec? 
R Le port de Québec. Quand j'étais la présidente du port de Toronto, j'ai souvent visité le port de Québec. Ce que j'aimais, c'est qu'ils sentaient qu'ils pouvaient faire ce qu'ils voulaient et je crois que ça représente l'attitude de gens de la ville de Québec et des Québécois. Et c'est ce que j'aime de cette ville.
Brad Trost
42 ans  |  Député de Saskatoon-University (Saskatchewan) depuis 2004. A toujours été un député d'arrière-ban.
Brad Trost
Q Pourquoi voulez-vous être à la tête du Parti conservateur du Canada (PPC)?
R Je suis 100 % conservateur, je suis un conservateur social et économique et pour un parti, c'est important d'avoir un candidat qui est conservateur dans tous les enjeux. 
Q Si vous êtes élu chef, quelle serait votre priorité pour le Québec? 
R Choisir un chef adjoint dans la province de Québec parce que c'est la norme pour un chef anglophone d'avoir un chef adjoint québécois. Et pour le parti, la deuxième chose est la préparation de la campagne électorale pour toutes les provinces sur les questions économiques, le taux de la taxe et les choses comme ça.  
Q Quel Québécois vous inspire le plus?
R Quand j'étais enfant, j'ai suivi le match de hockey Canada Cup contre les États-Unis et je me souviens de Mario Lemieux. Et quand il a gagné le match final contre les Russes, c'est demeuré un souvenir extraordinaire dans ma vie.
Q Que représente pour vous la ville de Québec? 
R Un symbole romantique parce qu'une portion de ma lune de miel a eu lieu ici alors j'ai un bon souvenir de cette ville.
NOTE IMPORTANTE DE LA RÉDACTION
* Les réponses des candidats qui s'expriment difficilement en français ont été retravaillées de façon à faciliter la compréhension sans altérer le sens de leurs propos.