Marie Claire Ouellet remplace Françoise Mercure, nommée en novembre 2012 par le gouvernement de Pauline Marois à la tête de la Commission de la capitale nationale du Québec.

Une apparatchik libérale à la tête de la Commission de la capitale nationale

Une apparatchik libérale, Marie Claire Ouellet, a été nommée mercredi à la tête de la Commission de la capitale nationale par le gouvernement de Philippe Couillard.
Mme Ouellet possède une longue feuille de route au sein des gouvernements libéraux.
Elle a été attachée de presse de l'ancien ministre Marc-Yvan Côté à l'époque de Robert Bourassa. Elle a aussi entre autres occupé le poste de secrétaire générale à la communication gouvernementale de 2005 à 2012. C'était sous Jean Charest.
Depuis près de deux ans, elle officiait au poste de sous-ministre associée aux Relations internationales et à la Francophonie. Auparavant, elle avait été nommée «conseillère stratégique au bureau du sous-ministre» au Tourisme, une fonction créée sur mesure pour elle à ce moment-là.
Elle avait été mise de côté par le gouvernement de Pauline Marois. Elle avait été «prêtée» à l'administration municipale de Québec. Tout en recevant 182 975 $ de l'État québécois, elle a été directrice associée à l'Office du tourisme de la Ville de Québec durant cette période.
Cette situation inusitée a duré jusqu'à ce qu'elle soit réaffectée au ministère du Tourisme par l'actuel gouvernement.
Des couleurs politiques
Marie Claire Ouellet remplace Françoise Mercure, nommée en novembre 2012 par le gouvernement Marois à la tête de la Commission de la capitale nationale du Québec. Cette avocate avait été candidate du Parti québécois lors d'un scrutin partiel dans Jean-Talon en 2008 et lors des élections générales tenues la même année dans Louis-Hébert.
La direction de la Commission de la capitale nationale a presque toujours reflété la couleur politique de l'équipe au pouvoir. Dans ce cas-ci, cependant, le gouvernement Couillard ne s'est pas précipité, puisqu'il est en place depuis plus de trois ans.
Nomination dénoncée
Dans les partis d'opposition, on dénonce une «promotion politique». «Je proteste énergiquement contre cette nomination, a laissé tomber la péquiste Agnès Maltais. Mme Ouellet est à l'opposé de Mme Mercure, qui elle était connue pour son engagement social et économique dans la région, et ce, bien avant son passage en politique. Philippe Couillard promettait de se dissocier de l'ère Charest. Or, Marie Claire Ouellet est une protégée de Jean Charest.»
La Commission de la capitale nationale du Québec a été créée par une loi votée par l'Assemblée nationale en 1995. Mme Ouellet entrera en poste la semaine prochaine. Elle sera alors présidente du conseil d'administration et directrice générale de la Commission.